Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
https://trinite-roubaix.fr/Sainte-Famille-29-decembre-2019-Dans-le-Christ-l-homme-et-la-femme
      Sainte Famille 29 décembre 2019 : « Dans le Christ, l’homme et la (...)

Sainte Famille 29 décembre 2019 : « Dans le Christ, l’homme et la femme

Il y a des textes bibliques qui ne passent plus et ne doivent plus être pris comme référence pour parler de la famille et tout particulièrement de la relation Homme/Femme. « Femmes, soyez soumises à vos maris » répète-t-on encore à chaque dimanche de la sainte Famille et sans sourciller ! Il faut tordre le cou à telles affirmations rétrogrades et dépassées qui ne sont que des dérives, des régressions et des distorsions par rapport aux textes fondateurs et premiers de l’Evangile et de Paul.


Les audaces évangéliques de Jésus qui parle toujours au féminin et au masculin et qui s’accompagne toujours de femmes disciples plus intuitives et plus croyantes que les disciples hommes et les authentiques affirmations de Paul sur l’égalité absolue de l’homme et de la femme priment sur les énoncés ultérieurs et disqualifient les affirmations régressives des auteurs de lettres comme la lettre aux Colossiens et les lettres pastorales.

3 textes fondateurs parlent de l’absolue égalité de l’homme et de la femme :

« Dieu créa l’humain à son image, à l’image de Dieu il le créa ; homme et femme il les créa » Gn 1,27 Le masculin et le féminin sont créés de ce qui constitue Dieu en lui-même comme masculin et féminin. C’est ensemble en égalité absolue que le masculin et le féminin expriment et représentent Dieu sans aucune infériorité de l’un par rapport à l’autre. Il faut l’homme et la femme dans leur différence pour représenter l’image de Dieu.
Le 2ème récit de création va dans le même sens même si malheureusement il a toujours été mal traduit et à donner à sourire et à plaisanter : l’homme aurait été créé en premier et en second la femme : ce qui indique son infériorité et sa dépendance de l’homme. On ne peut s’en sortir par une pirouette plaisante en disant que Dieu a créé l’homme avant la femme car à tout chef-d’œuvre il faut un brouillon !
Ici encore, comme dans le premier récit, Dieu crée d’abord l’ ha’adam, c’est-à-dire dire l’être humain générique. L’ha’adam est avant la femme et l’homme. Selon ce 2ème récit, la femme (ishah) n’est pas faite à partir de l’homme masculin mais de l’adam dont l’homme (ish) est également engendré. La femme est apparue en même temps que l’homme, « à ses côtés », comme en vis-vis.
Et pour la première fois dans ce livre de la Genèse, l’humain se met à parler pour exprimer la ressemblance de l’homme et de la femme, leur égale dignité et leur égale différence, l’un et l’autre venant tous deux des mains de Dieu ! Semblable et différent, Homme et Femme !
A ces textes de création, Paul dans sa lettre authentique aux Galates va ajouter un argument solennel de poids sur l’égalité absolue de l’homme et de la femme. Cet argument est fondé sur notre identification par le baptême au Christ mort et ressuscité.
« Oui, vous TOUS qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtus le Christ. Il n’y a plus de Juif, ni de Grec, il n’a plus ni d’esclave, ni de libre, il n’y a plus d’homme ni de femme, car TOUS, vous n’êtes qu’un en Christ. » Gal 3,27-28
Reprenant une hymne baptismale primitive, nous avons ici le plus ancien témoin de l’attitude du premier christianisme des années 50. C’est un texte saisissant sur la nouveauté qu’introduit le christianisme dans les relations humaines. Devant Dieu et en Christ, il n’y a plus de distinctions et d’inégalités à établir et à maintenir entre les humains, qu’elles découlent de l’origine religieuse ou culturelle, de la condition sociale ou de la différence sexuelle.
Tous et toutes en égalité absolue et radicale en Christ. Toutes et tous en égale dignité en Christ ! Cette nouveauté chrétienne qui affirme l’égalité fondamentale devant Dieu de tout être humain, quels que soient son origine, sa condition sociale ou son sexe sonne comme un véritable coup de canon révolutionnaire dans le contexte sociétal de l’époque basé et structuré sur ces oppositions frontales et mortifères entre juifs et païens, esclaves et hommes libres, hommes et femmes.
Et contrairement à ce que tout le monde pense, Paul fut le premier à mettre en acte cette égalité entre hommes et femmes. Il se débattra bec et ongle en 4 chapitres dans la 1ère lette aux Corinthiens pour imposer à des chrétiens matchos le droit et l’autorité des femmes à prophétiser et enseigner dans les assemblées liturgiques : « Est-ce à vous seuls, les hommes, leur dira-t-il, qu’est parvenue la Parole de Dieu ? Etes-vous les seuls à l’avoir reçue ? » 1 cor 14,36 Bien sûr que non, c’est pourquoi la femme a autorité aussi à parler, à prophétiser et à enseigner dans l’Eglise car « la femme n’est pas différente de l’homme et l’homme de la femme devant le Seigneur » 1 Cor 14,10-11 !!! Et Paul ne se privera pas de se faire accompagner de femmes comme Apôtres comme il le dit en Rm 16 : la liste est longue : Phoebé notre sœur diacre, Prisca, Junia « l’éminente Apôtre », Persis, Julie…

Malheureusement, 30 ans après ce jaillissement du spécifique chrétien affranchi du modèle socio-culturel du monde païen ambiant, les lettres aux Colossiens et aux Ephésiens, qui ne sont pas de Pau,l vont réintroduire ces modèles patriarcaux et matchos fondés eux sur la subordination, l’infériorité et la soumission des inférieurs aux supérieurs. Ils vont reprendre ce que l’on appelle « Les codes domestiques » des Grecs et des Juifs et les imposer de nouveau aux chrétiens. L’ordre social dominant ne pouvait admettre l’égalité entre l’esclave et son maître, entre les enfants et les parents et entre la femme et l’homme. Les communautés citadines chrétiennes n’eurent pas le courage et la force de s’opposer aux contraintes patriarcales de la vie gréco-romaine en vivant des audaces égalitaires de Paul et de l’Evangile. Ces codes doivent donc aujourd’hui être abandonnés : ils sont obsolètes et caducs : les femmes, les enfants et les esclaves mis tous sur le même statut de la soumission, de l’infériorité et de subordination est dépassé, funeste et scandaleux. Et nous devons les traduire de la manière suivante :
« Femmes et Hommes, aimez-vous les uns les autres comme le Christ nous a aimés ;
Parents et enfants, développez-vous dans l’accueil, l’écoute et le dialogue en Christ ;
Citoyens de tous pays, cultivez-vous dans la justice sociale, la liberté et la fraternité en Christ » !
Mais alors ce qui deviendra une véritable dérive, régression et distorsion des saveurs évangéliques et pauliniennes c’est ce qui se passera avec les lettres pastorales qui ne sont toujours pas de Paul, écrites à la fin du premier siècle : en est témoin ce texte de Timothée abominable et assassin qui a fait tant de mal aux femmes et continue d’imprégner les esprits :
« Que la femme se laisse instruire en silence, en toute soumission. Je ne permets pas à la femme d’enseigner ni d’exercer un rôle dominant par rapport à l’homme. Qu’elle se tienne donc en silence car c’est l’homme qui fut formé en premier et la femme ensuite et ce n’est pas Adam qui fut séduit mais c’est la femme qui séduite tomba dans la transgression… » 1 Tm 2,12-14
Toutes les saveurs évangéliques et pauliniennes fondamentales de l’égalité de l’homme et de la femme sont ici récusées, bafouées et perverties par un durcissement régressif de l’attitude chrétienne face à la femme réduite à la soumission et au silence, interdite d’enseignement et de ministère !

Ces affirmations régressives sont toutes obsolètes et caduques et doivent être rejetées au nom des textes fondamentaux de la pratique de Jésus et de Paul. Leur seul intérêt est de nous dire qu’il est toujours possible à l’Eglise de revenir en arrière, de régresser et de perdre le sel de l’Evangile !

En cette fête de la sainte famille, redisons-nous :

« Femmes et Hommes, aimez-vous les uns les autres comme le Christ nous a aimés ;
Parents et enfants, développez-vous dans l’accueil, l’écoute et le dialogue en Christ ;

Citoyens de tous pays, cultivez-vous dans la justice sociale, la liberté et la fraternité en Christ ; »

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr