Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
https://trinite-roubaix.fr/Messe-de-rentree-545
      Messe de rentrée

Messe de rentrée

Après les vacances, la rentrée scolaire, voilà notre rentrée pastorale ! Bienvenue d’abord à tous ceux et celles qui viennent d’arriver depuis peu ou depuis quelques mois dans notre paroisse : qu’ils s’y sentent heureux et bénis ! Y en-a-t-il qui sont ici ??? qu’ils n’aient pas peur de venir se présenter !!!
Depuis deux ans, notre dimanche de rentrée coïncide avec la journée mondiale du Migrant avec pour thème : « Construire l’avenir avec les Migrants et les Réfugiés » : construire un avenir qui corresponde davantage au projet de Dieu.
Et l’Evangile de ce dimanche va nous y aider : devant toutes les pauvretés du monde, sachons garder ouvertes nos portes et tourner nos regards vers ceux qui sont différents de nous et nous demandent un peu de pain et de considération comme Lazare à table du riche.
Aujourd’hui écouterons-nous la parole de Jésus et saurons-nous être des hommes et des femmes d’hospitalité, de compassion et d’action ?


Homélie du 25 septembre 2022 : Hospitaliers comme Abraham !

Progressons dans notre apprentissage à devenir disciples du Christ avec l’Evangile de Luc au cours de cette longue montée de Jésus vers Jérusalem. Le 4 septembre, avec les 2 paraboles sur la tour à construire et le roi qui part en guerre, Luc nous invitait à la réflexion et au discernement. Le 11 septembre, avec les trois paraboles sur la brebis perdue, la drachme perdue, le fils perdu, Luc nous obligeait à la miséricorde. Le 18 septembre, avec la parabole du gérant escroc, Luc nous engageait à l’ingéniosité et à l’audace devant toutes urgences mondiales, climatiques, ecclésiales.
Aujourd’hui, avec cette parabole du riche et de Lazare, il nous invite à l’hospitalité et à la prise au sérieux des Ecritures : deux bonnes clefs pour ouvrir les portes de notre rentrée pastorale et de cette journée mondiale du Migrant et du réfugié.

Mais attention de ne pas faire trop vite une lecture littérale, tendancieuse et terrible de cette parabole qui parlerait du ciel et de l’enfer où tout se paie en fonction de nos mérites, à l’image d’un conte égyptien dont pourrait s’inspirer Luc. Ce conte parle d’un riche et d’un pauvre qui se retrouvent après leur mort et où il est question de faire la balance respective de chacun. Le pauvre qui est vertueux est enterré misérablement tandis que le riche qui est alourdi de ses péchés et de ses méfaits, est enterré en grand pompe et luxe. Mais à leur mort, le pauvre, en raison de ses vertus, entre dans le Panthéon d’Osiris tandis que le riche, en raison de ses péchés, entre dans le royaume des morts pour y être dévoré.
Rien de tel dans notre parabole ! Si nous faisons bien attention au texte de Luc, les trois réponses d’Abraham où se trouvent la clé de lecture de la parabole ne mentionnent aucun jugement en fonction des mérites ou des péchés de l’un ou de l’autre. Dans ces versets 24 à 31, ni le narrateur, ni le riche, ni Abraham ne parlent de culpabilité, d’injustice ou de jugement. Abraham se borne à constater l’inversion des situations entre le riche et le pauvre, un point c’est tout sans porter la moindre appréciation sur les conduites de l’un ou de l’autre. Nous ne sommes pas sur le registre de la rétribution, de la condamnation et du jugement. C’est donc qu’il faut chercher ailleurs la pointe de la parabole qui ne nous parle pas de ce qui nous attend après la mort mais qui nous parle de notre vie, ici et maintenant.
Comment convient-il de vivre en disciple de Jésus ? Tout simplement en suivant l’exemple d’ABRAHAM, le Maître de l’HOSPITALITE !

Il n’est pas anodin que le nom d’Abraham soit cité 7 fois dans cette parabole et le nom de Lazare 5 fois, autre nom pour le serviteur d’Abraham. (*) !

Il n’est pas anodin que Luc considère Abraham comme une figure significative et signifiante de l’histoire d’Israël où il le fait intervenir dans 12 passages différents où il est cité 22 fois (pour 1x dans Mc !) (**). Pour Luc, nous devons tous et toutes devenir des « Fils d’Abraham » lc 19,9 et des « filles d’Abraham » Lc 13,16 ! Expressions uniques de Luc !
Pour Luc, en dehors d’être le grand patriarche qui inaugure l’histoire du peuple d’Israël, Abraham est exemplaire par son sens de l’accueil et de l’hospitalité. Genèse 18 raconte, en effet, comment Abraham donne l’hospitalité à trois étrangers qui sont en réalité Dieu lui-même !
Et nous assistons dans cette parabole à deux hospitalités opposées avec repas et banquet. Un banquet terrestre au cours duquel un riche festoie « chaque jour splendidement » mais où il n’accueille pas Lazare, l’affamé, le malade et l’impur qui reste à la porte et un autre banquet céleste offert par Abraham qui place « Lazare « à la place d’honneur » au festin « à ses côtés ». Le mot utilisé « à ses côtés » littéralement « sur le sein d’Abraham » est toujours utilisé pour désigner la place d’honneur à un repas comme le disciple bien-aimé est aux côtés de Jésus « sur le sein de Jésus » au repas de la cène en Jn 13,23 !
Voilà ce qu’aurait dû faire le riche de la parabole et ce que devraient faire tous les disciples du Christ : être des chrétiens qui ont le sens de l’accueil, de l’hospitalité, le souci des pauvres, des étrangers, des exilés, des Réfugiés et des Migrants.
Et il n’est pas nécessaire que quelqu’un « ressuscite des morts » pour savoir ce qu’on a à faire comme croyants et chrétiens. Le riche aurait dû se souvenir de cet exemple des Ecritures où Abraham offre le repas et son hospitalité aux étrangers. Le riche aurait dû se souvenir du seul autre texte de la Bible qui commence par les mêmes mots que notre parabole : « Il y avait un homme riche » Job 1,1. « Il y avait un homme riche du nom de Job » qui, quoique immensément riche, « sauvait le pauvre qui crie à l’aide » Job29,12 et « partageait son repas avec la veuve et l’orphelin » 31,16-17 ! Les frères de l’homme riche n’ont pas besoin que « quelqu’un ressuscite des morts pour venir les convertir ». Il leur suffit d’ouvrir les Ecritures, de bien les lire, de les prendre au sérieux et de voir qu’à chaque page de la Bible les prophètes y parlent du souci du pauvre, de l’étranger et du migrant. Nous venons d’entendre en 1ère lecture les coups de foudre et d’orage du prophète Amos contre ceux qui « se vautrent sur des lits d’ivoire » alors qu’à leur porte crie la misère des pauvres !

Alors continuons sans cesse, sans demi-mesure, sans retenue, à faire de notre communauté paroissiale une « communauté hospitalière », à l’exemple d’Abraham, à l’exemple de Jésus, une « communauté hospitalière » à tous ceux et celles qui frappent à notre porte, proches et lointains, à tous ceux et celles qui ont besoin de notre soutien, de notre hospitalité, de notre accueil large, ouvert et universel.

(*) Abraham qui, dans Genèse, est toujours accompagné d’ELIEZER autre nom pour Lazare « Dieu est mon secours) en Gn 15,2 ; 24,2.5.9

(**)
Lc 1,46.55.67.79
3,8-9
13,10-17.28-29
16,19-31
19,1-10
20,27-40
Ac 3,13-26
7,1-53 ;
13,16-41

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr

novembre 2022 :

Rien pour ce mois

octobre 2022 | décembre 2022