Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
https://trinite-roubaix.fr/Homelie-du-24-mai-2020-Pere-glorifie-ton-Fils
      Homélie du 24 mai 2020 : « Père, glorifie ton Fils » !

Homélie du 24 mai 2020 : « Père, glorifie ton Fils » !

Entre l’Ascension et la Pentecôte, c’est toujours dans l’Eglise le temps de la prière. Mais quelle prière ? Qu’avons-nous à demander à Dieu ? Je dis souvent que nous avons à convertir nos prières à celle de Jésus. Eh bien nous avons aujourd’hui la plus longue et la plus intense de toutes les prières de Jésus dans ce chapitre 17 de l’Evangile de Jean.


Comme à d’autres endroits stratégiques de cet Evangile de Jean, cette prière commence par une introduction de 5 versets d’une solennité et d’une densité comparables aux deux autres passages qui introduisent les deux grandes parties de cet Evangile : L’hymne solennelle du Prologue au chapitre 1 versets 1 à 5 et l’ouverture solennelle de la Passion au chapitre 13 versets 1 à 5.
Chacune de ces trois introductions, chacun de ces trois prologues, donne la clé de lecture des passages qui suivent avec gravité, poids et densité théologique.

Jésus PAROLE DE DIEU

« Au commencement était la PAROLE, et la PAROLE était tournée vers Dieu et la PAROLE était Dieu… » 1,1
Quelle ouverture grandiose à l’Evangile ! Jésus est la PAROLE de Dieu, la raison et l’intelligence du monde, la sagesse du monde et la Torah des Ecritures !
Et cette Parole va parler, dialoguer, discuter tout au long de cette première partie de l’Evangile de Jean. Jésus parle, dialogue, controverse avec Nicodème, la Samaritaine, les Juifs, Marthe et Marie avec des jeux de questions et réponses, de malentendus et d’ironie qui font avancer la révélation de l’identité de Jésus.
Ainsi se termine cette première partie sur ces mots : « Ce n’est pas de moi-même que j’ai parlé, mais le Père qui m’a envoyé m’a lui-même commandé que dire et de quoi parler et ce dont je parle, tel que mon Père l’a dit, j’en parle » 12,49-50
Jésus Parole de Dieu pour que nos paroles parlent aussi les paroles de Jésus, pour que nous arrivions nous aussi à faire progresser tous ceux et celles que nous rencontrons vers une découverte de plus en plus profonde de la personne de Jésus, l’Envoyé du Père.

Jésus AMOUR DE DIEU

« Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure est venue, l’heure de passer de son monde à son Père, lui qui avait AIME les siens qui sont dans le monde, les AIMA jusqu’à la fin… » 13,1-5
Nouvelle introduction, nouveau prologue solennel et grandiose ! Jésus est l’AMOUR de Dieu qui va se manifester, se révéler dans le lavement des pieds et la montée sur la croix : « Il n’y a pas de plus grand AMOUR que de se dessaisir de sa vie pour ses amis » 15,13. C’est l’heure de l’amour qui est déployée dans ces chapitres d’Adieu à ses amis. Le langage de l’amour et de l’amitié y atteint ses plus hauts sommets de tout le Nouveau Testament jusqu’à traverser la passion-résurrection pour en arriver à ce dialogue d’amour entre Jésus et Pierre : « Simon, m’aimes-tu ? » 21,15-17 où s’entrecroisent les 7 « Je t’aime » !
Jésus AMOUR de Dieu pour que nos vies reflètent l’amour de Jésus qui reflète l’amour du Père, pour que notre amour soit façonné à l’image de l’amour de Jésus aux pieds de ses amis et étendu sur la croix !

Jésus GLOIRE DE DIEU

« Ayant ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel et dit : Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils pour que ton Fils te glorifie…Moi je t’ai glorifié sur la terre, maintenant, glorifie-moi, toi, Père de cette gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit » 17,1-5
Voilà enfin ce troisième hymne à la gloire de Dieu en Jésus !
Attention de ne pas nous méprendre sur le sens de cette prière.
En utilisant ce mot de « gloire », Jésus ne veut pas devenir la vedette au hit parade des grands hommes politiques ou religieux. Jésus n’a jamais cherché la gloriole du monde, le faire-valoir de sa personne. Ce n’aurait aucun sens.
La « Gloire » biblique, la Kavod biblique (le poids d’une pierre), c’est le « poids » réel d’un être, sa valeur profonde, ce qu’il est en vérité et en profondeur. C’est « l’éclat d’une personne vive », « c’est le centre rayonnant d’une personne », là où elle se montre telle qu’elle est.
Toute la présence de Dieu, sa gloire, toutes les qualités qui y sont attachées dans la Bible comme la lumière, la beauté, la majesté, la splendeur, la force, se trouve désormais mise en évidence dans l’heure de la mort de Jésus ! La gloire de Jésus et donc la gloire de Dieu c’est sa mise en croix ! Ce qui donne du poids, de la gloire, à la vie de Jésus, ce qui dit la vérité la plus essentielle, la plus profonde de sa personne c’est d’aller jusqu’au bout du don de Dieu pour l’humanité. En mourant sur la croix, Jésus dit quelque chose de l’être profond de Dieu. Il « accomplit » l’être de Dieu.
En donnant sa vie par amour, Jésus révèle le cœur, l’être intime du Père, la densité de son amour.
Ce que Jésus demande donc en premier à son Père c’est d’être en vérité et en profondeur ce qu’il est : le révélateur de l’amour du Père jusqu’au don de sa vie !
Si Jésus demeure présence, icône, exégèse du Père, jusqu’à l’heure de la mort assumée par amour, il donnera tout son poids de présence et de rayonnement à Dieu lui-même !
Ce que Jésus demande à son Père c’est de réfléchir le plus exactement possible l’amour de son Père, de dire le plus profondément possible la Parole de son Père, d’impulser le plus vivement possible la Vie de son Père.
Cette prière c’est une mise en présence réciproque d’amour du Père et du Fils pour que cet amour se répercute dans le cœur des disciples :
Ce sera le dernier mot de toute cette prière : « Père…j’ai fait connaître ton nom et je le ferai connaître encore afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en eux » ! 17,26
Faire connaître le nom de Dieu, glorifier Dieu, n’est rien d’autre que irradier le monde de l’amour de Dieu dont Jésus a donné la plus extrême démonstration sur la croix !
Faire connaître le nom de Dieu, glorifier Dieu, n’est rien d’autre, d’après cette prière, que d’entrer dans cet immense mouvement de don, de gratuité, d’échange qui caractérise les relations d’amour entre le Père et son Fils. Le Père et le Fils ne font que « DONNER » dans cette prière : 16 fois le verbe « donner » !
Dieu ne garde rien pour lui : il donne au Fils « son pouvoir sur tout » 17,2, il donne « ses paroles » à son Fils 17,8, il donne « son nom » au fils 17,11, il donne « sa gloire » au Fils 17,22, il donne « ses disciples » au fils 17,24…
Et en retour le Fils ne fait que « donner » aux hommes. Il ne garde non plus rien pour lui ! Il donne « la vie éternelle » 17,2, il donne « les paroles » de son Père 17, 8.14, il donne « la gloire de son Père » 17, 22. Il se dessaisit de sa vie pour eux !
Notre être le plus profond (notre gloire) ne reflétera l’être le plus profond du Christ et de Dieu que si notre vie est glorifiée dans une vie de DON, de GENEROSITE, de DEVOUEMENT, de DESSAISIE de soi au service de nos frères et sœurs, dans une vie d’amour portée jusqu’au bout, jusqu’à l’extrême de la vie donnée !
Telle doit être notre prière qui se veut à l’école de la prière de Jésus !

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr

juillet 2020 :

Rien pour ce mois

juin 2020 | août 2020