Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
https://trinite-roubaix.fr/Homelie-d-Etienne-Mellot-notre-diacre
      Homélie d’Etienne Mellot notre diacre

Homélie d’Etienne Mellot notre diacre

Qui ne serait tenté, dans ce moment où beaucoup de choses s’écroulent dans nos vies et autour de nous, de faire comme les disciples d’Emmaüs, de tout laisser tomber et de se refermer sur soi ?
Les projets à court terme sont annulés, les projets plus lointains, les vacances, sont peut-être à repenser, les finances en difficulté, le travail problématique, la famille et les amis éloignés, l’approvisionnement compliqué, la santé en danger…


Ce passage des « disciples d’Emmaüs » tombe à pic, comme souvent la Parole de Dieu que distille la liturgie au long des semaines, prenons un peu le temps de s’y arrêter.
Le lieu d’Emmaüs est connu historiquement de longue date, même si son emplacement a fait parfois débat. Ses habitants de l’époque de Jésus avaient de bonnes raisons d’en vouloir à l’occupant et de chercher à secouer le joug romain.
La scène qui se déroule sous nos yeux concerne deux personnages, dont l’un s’appelle Cléophas et nous ne savons rien de l’autre. Des études sérieuses ont été menées pour identifier ce second personnage de l’entourage des apôtres, et donc de Jésus. Tout ce que nous savons, c’est que c’est un interlocuteur (trice) valable pour ce Cléophas, et pour le Ressuscité qui apparait.

Ce récit n’est pas à proprement parler un récit de résurrection, même si la fin du texte, à Jérusalem, montre les apôtres et évoque une apparition à Pierre, dont Saint Paul fera état (1 Cor 15,5). C’est en réalité un récit d’accompagnement et de guérison. J’emprunte cette manière de lire ce passage au jésuite Christian Vivien.

Le ministère de Jésus, durant sa vie publique, est fortement axé sur la guérison et la délivrance. On peut débattre sur les chiffres, mais la proportion d’un tiers est raisonnable. Durant ces trois années, Jésus enseigne, et il guérit. Tout cela s’adresse à la foule, aux passants, au « tout venant, et même à des romains. La « cible » de Jésus est très large, ainsi que le spectre de son action : Guérisons physiques, intérieures, délivrance de démons, miracles de nourriture, etc.
Après la résurrection, il n’en est pas de même. Jésus apparait de manière ponctuelle à quelques-uns et fait avec chacun un chemin de restauration intérieure, pour les envoyer en mission.
Regardons précisément comment Jésus s’y prend ici :
1. D’abord, il rejoint les deux disciples, l’initiative vient de lui. Ce n’est pas eux qui le cherchent ou lui demandent de l’aide.
2. Jésus entame le dialogue « De quoi discutiez-vous en marchant ». Non content d’avoir physiquement rejoint ces deux disciples, Jésus vient sur le terrain de leurs pensées et de leurs sentiments et il libère la parole entre eux et lui.
3. Jésus fait revenir ses interlocuteurs sur le lieu même du traumatisme qu’ils viennent de vivre. Ils peuvent évoquer le désastre de la crucifixion, le grand espoir qui les avait animés, leur déception immense de ne pas vivre la libération du joug romain, leur incrédulité vis-à-vis du récit des femmes au tombeau.
4. Jésus introduit une nouvelle lecture des évènements, un changement de regard.
5. Jésus n’impose pas sa présence, cependant il rentre dans la maison à la demande des deux disciples.
6. Cette nouvelle lecture des choses, avec Jésus est guérissante. De « tout tristes » et de « cœurs lents à croire », ils se retrouvent « le cœur tout brûlant en nous ». Les fardeaux sont transformés, la paix intérieure revient.
7. Aussitôt ils partent à Jérusalem pour annoncer la (Bonne) nouvelle.
Il sera simple à celui qui a un peu de temps durant son confinement de faire une lecture semblable de l’apparition de Jésus à Marie-Madeleine (Jean 20,13) ou à Pierre (Jean 21), ou même à Thomas (Jean 20,24 évangile de dimanche dernier).
La « nouvelle » méthode de Jésus après la résurrection, dans ce bref temps avant l’ascension, est une approche de restauration intérieure : Il rejoint les personnes au bout du rouleau, au bout du bout, sans plus de ressort, qui replongent dans l’avant. Et là, il instaure le dialogue, il emmène chacun au lieu même de la blessure d’origine, au point douloureux qui est la racine de la souffrance (les disciples dans leur échec politique, Marie-Madeleine dans son affectivité meurtrie, Pierre à sa trahison auprès du feu …) pour en éprouver la réalité par les sens, les cinq sens et pas seulement en pensée. Le souvenir n’est pas effacé, il est transformé. La croix, le tombeau, le feu de la trahison deviennent le lieu de l’envoi en mission.
Si durant la vie publique les disciples dépendent directement de ce que fait et dit Jésus, ce temps de Pâques est le moment de la restauration, de la guérison intérieure. Laissons-nous rejoindre par le Ressuscité, laissons-lui nous montrer les lieux de nos blessures profondes, de nos souffrances intimes, intérieures. Son passage nous restaure, comme il remet en route les disciples d’Emmaüs. Nous avons encore nos idées, nos manières de penser, mais Jésus nous détrompe, puis se retire. C’est l’Ascension et la Pentecôte, nous sommes libres pour recevoir l’Esprit et aller annoncer la Bonne Nouvelle.
Nous sommes ces disciples que Jésus visite, restaure au plus profond et envoie en mission. Ce moment de confinement est propice à laisser Jésus s’occuper de chacun de nous.
Nous sommes aussi, comme disciples et envoyés en mission, chargés à notre tour de rejoindre ceux qui sont au bout du bout, de les accompagner pour revenir au lieu de la blessure intérieure et de laisser la tendresse du Père couler sur les humanités douloureuses.
A la fois sujets de la délicatesse de Jésus dans nos vies, dans nos cœurs, et « en même temps » acteurs de cette délicatesse pour ceux qui nous entourent et que Jésus veut restaurer par notre intermédiaire. Prenons le temps de vivre et l’un, et l’autre.
Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit !

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr

octobre 2020 :

Rien pour ce mois

septembre 2020 | novembre 2020