Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
https://trinite-roubaix.fr/30-aout-2020-Saga-3-de-l-homme-de-Pierre-Voix-contre-voix
      30 août 2020 : Saga 3 de l’homme de Pierre : Voix contre voix (...)

30 août 2020 : Saga 3 de l’homme de Pierre : Voix contre voix !

Évangile de Jésus-Christ selon St Matthieu au chapitre 17,24-27

Comme vous le savez, depuis le début du mois d’Août, nous suivons la saga de l’Apôtre Pierre dans l’évangile de Matthieu.
L’une des originalités de cet Évangile est d’insérer TROIS épisodes qui lui sont propres sur le personnage de Pierre :
La marche de Pierre sur les eaux ( 9 août)
La Béatitude de Pierre par Jésus à Césarée Maritime (23 août et aujourd’hui)
Et un troisième épisode en 17, 24-27 qui n’est jamais lu en liturgie !!!

Ce passage est absent des séquences choisies pour les dimanches des années A B C ! (quelqu’un qui vient à tous les dimanches de sa vie à la messe ne l’entendra donc jamais !)
En semaine les lectures de toute la Bible se répartissent sur deux années paires et impaires. On a peut-être une chance sur deux d’entendre ce texte un lundi !
Il est lu le lundi de la 19ème semaine du temps ordinaire de l’année paire !
Chance nous sommes en 2020 ! Nous aurions dû l’entendre le lundi 10 août 2020 : manque de peau ! la fête de St laurent a supplanté la lecture ordinaire !

Alors je vous le lis comme Evangile d’un dimanche : au moins vous l’aurez entendu une fois dans votre vie !!!

Evangile de Jésus-Christ selon St Matthieu au chapitre 17,24-27

« Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent la redevance des deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas ? »
Il répondit : « Oui. » Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : « Simon, quel est ton avis ? Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils les taxes ou l’impôt ? De leurs fils, ou des autres personnes ? »
Pierre lui répondit : « Des autres. » Et Jésus reprit : « Donc, les fils sont libres.
Mais, pour ne pas scandaliser les gens, va donc jusqu’à la mer, jette l’hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra ; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour moi et pour toi. »


Saga 3 de l’homme de Pierre : Voix contre voix !

Après la confession de foi de Césarée de Philippe où Simon-Pierre, la pierre de fondation, s’est vite muté en pierre d’achoppement, Matthieu fait intervenir Pierre de manière directe sur la montagne de la Transfiguration. Alors que les autres évangélistes le font parler au pluriel : « Dressons ici trois tentes », dans Matthieu Pierre parle à la première personne : « Seigneur, si tu le veux, JE vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie » Mt 17,4 et se fait interrompre par la voix du ciel pour le détourner de sa vision au profit d’une écoute de la Parole : « Tandis qu’il parlait encore… une voix dit : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, Ecoutez-le ». C’est la voix du ciel contre la voix de Pierre ! Pierre est à nouveau détourné des images lumineuses et éclatantes que fixait son regard au profit d’une écoute de la Parole, de la Parole d’un Fils qui est assimilé au Serviteur souffrant d’Isaïe et qui va traverser la passion et la mort ( Mt 17,12.22-23).
Encore une fois, Pierre a vraiment du mal à reconnaître dans ce « fils bien-aimé » non pas le Messie triomphant qu’il s’imagine mais un Messie en route vers sa passion et sa résurrection, la figure paradoxale d’un Christ de gloire marchant vers sa mort !
Décidément ce Pierre nous ressemble bien : qu’il nous est dur de quitter nos images sur Dieu de puissance et de gloire, de grandeur et de pouvoir pour oser imaginer un Dieu puissamment faible, serviteur jusqu’à la mort !

Et une fois redite explicitement l’annonce de la passion, nous voilà à Capharnaüm pour un dernier enseignement de Jésus sur l’Eglise (tout le chapitre 18). Et Matthieu choisit de donner un fondement à ce discours communautaire en rapportant ce récit unique et original mettant en scène Pierre puis Jésus. Pierre, reconnu comme le porte-parole du groupe des disciples et de Jésus, est interpellé sur la question des taxes du temple.

Il ne s’agit pas de l’impôt que ramassaient les publicains pour le compte de l’occupant romain, mais bien de la taxe que tout juif adulte, de la Palestine et de la diaspora, était tenu de payer chaque année pour l’entretien du Temple et qui s’élevait à deux drachmes. Cette taxe n’était pas sans poser des questions et soulever des controverses. Les esséniens ne la payaient qu’une fois pendant leur vie. Les prêtres de Jérusalem et les rabbis en étaient exemptés. Cette taxe parle du rapport que chacun entretient vis-à-vis du Temple. On comprend alors l’enjeu de la question des percepteurs de cette taxe à Pierre : « Votre rabbi ne paie-t-il pas cette taxe ? » sous-entendu : Jésus est-il redevable de cette taxe et va-t-il la payer ? L’impétueux et imprudent Pierre va répondre par un « OUI » franc et massif, sans nuance. Jésus doit payer cet impôt (sous-entendu : il dépend du Temple et il est soumis à la loi religieuse !). C’est alors que Jésus va devoir le retoquer « à la maison » avec douceur en l’appelant Simon mais fermeté quand même en merveilleux pédagogue. Pierre a manqué de discernement et de jugement sur l’identité même de Jésus. Par sa question, Jésus va amener Pierre à formuler une réponse correcte et à voir en quoi il se fourvoyait encore une fois !

Si, pour Pierre, l’incident est clos, pour Jésus, il en est tout autrement : ce problème de l’impôt au Temple, qui paraît secondaire pour Pierre, revêt pour Jésus un enjeu central.

Pierre a tort : Jésus n’avait pas à payer l’impôt. De même que les rois de la terre lèvent des impôts sur les étrangers et non sur leurs fils, Jésus, en tant qu’il est le Fils de Dieu, auquel le Temple est consacré, n’a pas à payer l’impôt du temple. Jésus est libre de toute dette à son égard et non seulement lui est libre mais tous ceux qui se rattachent à lui, tous les membres de sa nouvelle communauté, réunis autour de lui : « Les fils sont libres ! » La communauté chrétienne reçoit ici une déclaration de principe extraordinaire de la part de Jésus : « Les fils sont libres, les chrétiens sont libres de toute tradition religieuse ! » Décidément non, Pierre n’avait pas à payer la taxe ni pour Jésus ni pour lui ! Un mois plus tard, Jésus affirmera toute sa liberté sur le Temple en en chassant les changeurs et en affirmant son autorité sur la maison de son Père dont les prêtres ont en fait « une caverne de voleurs » Mt 21,13 Et Jésus paiera cette liberté du prix de sa vie ! Jamais un texte n’affirmera avec autant de force la liberté de Jésus vis-vis de l’ordre religieux de son temps.

La liberté des fils est gravée dans la première pierre de la maison du Christ !
Tous les règlements sur la vie communautaire qui vont suivre au chapitre 18 sur l’Eglise ne sont audibles et applicables que reposant sur ce fondement de la liberté de chaque chrétien posé dans cet épisode, grâce à la méprise de Pierre ! La liberté fonde la communauté, reconnue comme le rassemblement des enfants d’un même Père, frères et sœurs du Christ, le Fils bien-aimé, le Fils libre !

L’Eglise que Jésus a bâtie sur l’homme de Pierre est le vrai Temple de Dieu, habité par son Esprit et elle a pour fondement la liberté des fils de Dieu !

Certes, précisera la suite du texte, cette liberté est soumise au respect du frère, au désir de ne pas faire tomber le frère, de ne pas le « scandaliser » : ce qui sera répété dans le discours sur l’Eglise et bien expliqué par Paul « Tout est permis mais tout n’édifie pas » 1 Cor 10,23 C’est la définition de la liberté chrétienne !
Et de façon symbolique, Jésus va appliquer ce principe. Ce petit signe bizarre du poisson atteste que cet impôt ne coûte rien à Jésus : c’est un argent qui n’appartient à personne. Il peut le donner, il a perdu son sens religieux et il n’a pas scandalisé personne. Et de façon ironique, Jésus donne à Pierre, l’ancien pêcheur, de trouver la solution du problème grâce à un poisson !

Belle leçon pour l’Eglise et toutes nos peurs d’affirmer nos libertés personnelles et religieuses !

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr

septembre 2020 :

Rien pour ce mois

août 2020 | octobre 2020