Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/Vivre-en-enfants-du-Dieu-des-vivants
      Vivre en enfants du Dieu des vivants !

Vivre en enfants du Dieu des vivants !

Impossible aujourd’hui de ne pas parler de la résurrection tant les textes y insistent !
Face au scandale de la mort prématurée des justes par le martyr se dresse, dans la 1ère lecture, la promesse d’une résurrection pour une vie éternelle !

Face à la question stupide des Sadducéens qui ridiculise la foi en la résurrection Jésus va proclamer sa foi au Dieu des Vivants !


Oui en ce mois de novembre où nous faisons mémoire de tous nos défunts qui nous ont quittés cette année, il nous est bon d’entendre celui qui a le plus parlé de la résurrection, qui en a fait même la clé de voûte de son Evangile : Saint Luc !
Rappelez-vous que la résurrection de Jésus constitue la charnière centrale des deux livres écrits par Saint Luc : L’Evangile et les Actes : à la fois conclusion où culmine l’Evangile (Lc 24) et point de départ des Actes (Ac 1).

Il est le seul à parler avec autant d’insistance sur la résurrection (*) de Jésus et à instituer ses apôtres comme « Témoins de la Résurrection de Jésus » : « Les Apôtres témoignaient avec éclat de la résurrection du Seigneur Jésus ! » Ac 4,33. Voilà la conviction des premiers témoins de la résurrection : « La mort a reculé devant Jésus ; le Crucifié est Vivant. Dieu l’a ressuscité ! »

En plus, Luc met bien en lumière deux aspects particuliers de cette résurrection de Jésus : elle n’est pas seulement pour demain, mais elle est déjà à l’œuvre dans nos histoires personnelles et dans l’histoire du monde : vivre le pardon et la miséricorde, vivre le partage et le service, vivre la paix et la joie, vivre la filiation et la fraternité c’est déjà goûter la saveur de la résurrection, c’est déjà voir pointer sur notre vie l’aube du « premier jour de la semaine » celui de la résurrection Lc 24,1 !

L’avenir de notre résurrection sera tissé de tout ce que notre vie aura été conforme à la façon de parler, de vivre et d’agir du Christ Jésus, tout le reste disparaîtra !
Mais Saint Luc insiste aussi sur un autre aspect de la résurrection de Jésus et donc de la nôtre : ce n’est pas un fantôme qui ressuscite, « un esprit » qui ressuscite, une « âme » qui monte au ciel Luc 24,36-42 !

Lorsque Dieu ressuscite Jésus, il ressuscite son corps, sa vie terrestre marquée par ses gestes de bonté envers les tout-petits, sa jeunesse tronquée de manière violente, sa compassion pour les exclus et les pécheurs.
Son corps mortel, transfiguré, glorifié, vivifié par le souffle vital et créateur de Dieu devient corps de lumière, corps spirituel, corps de gloire.

Et ainsi en sera-t-il de chacun d’entre nous. Notre corps terrestre, riche de toutes ses expériences et vivifié par le souffle vital et créateur de Dieu deviendra lui aussi corps de lumière, corps spirituel, corps de gloire !

La résurrection sera cet acte de Dieu qui donnera une vie éternelle à cet être spirituel que je tisse chaque jour avec mon corps. La foi chrétienne est le refus de toutes les réincarnations possibles pour faire honneur à ma singularité, à ma personnalité, à mon intériorité façonnée par mon corps qui ne pourront jamais se dissoudre dans un grand anonymat impersonnel !

Peut-on aller plus loin dans la contemplation de cet avenir de la résurrection ?
C’est ici que nous rejoignons cette discussion de Jésus avec ces fameux Sadducéens qui se moquent de la résurrection et la ridiculise !

Le Jésus de Luc, lui, va prendre la question de la résurrection au sérieux en y avançant 4 thèses propres à Luc : « dans l’autre monde,
1° Homme et femme ne peuvent plus mourir
2° ils sont les égaux des anges
3° ils sont enfants de Dieu, étant enfants de la résurrection
4° TOUS vivent par Dieu et en Dieu »

Quelle belle profession de foi et d’espérance pour tous nos défunts !

Notre survie n’est pas à chercher, dit Jésus, dans la succession des générations humaines : tu survivras par tes enfants. C’est eux qui porteront ton nom ! Elle n’est pas non plus à chercher comme on le voit parfois sur des en-tête de faire part de décès dans la mémoire que nous garderons de nos défunts : « Tu resteras vivant tant que quelqu’un pensera à toi » !

Notre avenir est dans cet acte de Dieu qui, en Jésus, affirme : « dans l’autre monde, Homme et femme ne peuvent plus mourir… Tous vivent par Dieu et en Dieu ». Tous ont la vie liée à Dieu !

Le Dieu créateur et vivant ne peut pas être lié à des morts ou à des êtres retournés au néant : « Il est le Dieu d’Abraham, et le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob » !
Ce nom qui a retenti au buisson ardent dans le livre de l’Exode où Dieu dit à Moïse : « JE SUIS ». Dieu est lié à l’ « ETRE », à la VIE. Au temps de Jésus, les deux verbes « ETRE » et « VIVRE » se prononçaient de la même manière. (**). Qui dit Dieu, dit à la fois « Celui qui est » et « Celui qui fait vivre » !

C’est parce que chacun de nous personnellement est lié, relié, connu de Dieu, que nous vivrons éternellement « par Dieu et en Dieu » dans cette relation d’amitié, de fidélité et d’alliance. Jamais Dieu ne lâchera notre main qu’il nous a un jour tendue en nous faisant naître à l’existence !

De quel beau nom alors serons-nous appelés dans cet autre monde, nous qui sommes les amis de Dieu pour toujours ?

Ce sont les trouvailles de Saint Luc :
« Nous serons les égaux des anges, nous serons enfants de Dieu, enfants de la résurrection ! »
La vie offerte par la résurrection c’est l’entrée de plein droit, en stricte égalité avec tous les êtres qui peuplent le monde de Dieu dans la vie pleine et entière de Dieu, qui est une vie de relation filiale avec Dieu et de relation fraternelle avec tous nos frères et sœurs. Nous vivrons en enfants du Dieu des Vivants !
Je n’ai pas encore trouvé de plus beau texte sur cet avenir de la résurrection que celui que je vous livre maintenant :

« Quand je serai recréé, « en même temps » que tous les humains, je serai entouré de mon comité d’accueil, ce réseau de parents et d’amis, de frères et sœurs avec qui j’aurai vécu ma vie. Dès ma mort traversée, je ferai la rencontre éternelle de tous mes frères humains : je ne laisserai personne derrière moi. J’irai à la rencontre de tous les miens.
A travers eux, je comprendrai la chaleur de l’accueil de Dieu, et que je fais désormais partie de la communion des saints. A la lumière de Dieu, je me verrai tel que je ne me suis jamais vu. Je comprendrai ce que j’ai été, je verrai le sens de ce que j’ai fait, ou n’ai pas fait. Et je pourrai miséricordieusement me regarder. Tant de gens aidés sans le savoir, tant de mal fait sans m’en rendre compte.
Et, sur un fond de scène d’action de grâces et de regrets profonds, je recevrai le pardon de Dieu et je partirai recevoir le pardon de mes sœurs et frères humains. J’entrerai alors dans un processus infini de connaissance et d’amour, processus dont j’aurai entrevu la puissance, sur terre, dans mes expériences de tombées en amour bouleversantes et je ne m’ennuierai jamais à passer mon éternité à aimer Dieu, le cosmos et l’humanité ».

André Myre dans « Résurrection » Labor et Fides 2001 p.335-336

(*) A lui tout seul Luc emploie 17x le mot « Résurrection » sur un total de 42 pour tout le N.T. !

(**) h y h (aya) h y x (Haya)

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr