Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/Nuit-de-Noel
      Nuit de Noël

Nuit de Noël

Réfléchissons bien ! Il y a une raison importante pour laquelle deux Evangiles : ceux de Matthieu et de Luc commencent par nous présenter Jésus « NOUVEAU-NE » (brephos) alors que Marc et Jean ouvrent leur récit par la « vie publique » d’un Jésus « adulte » !

En contraste avec toutes les idées sur Dieu que l’humanité s’est forgé depuis l’aube des cavernes jusqu’à aujourd’hui, depuis le Dieu des orages, le Dieu Jupiter, le Dieu des philosophes, personne n’avait imaginé un Dieu « NOUVEAU-NE ». Or c’est ce contraste que veut souligner St Luc dans son Evangile de la naissance de Jésus


« Il vous est né un SAUVEUR qui est le CHRIST SEIGNEUR…
le voici :
un NOUVEAU-NE, EMMAILLOTE et COUCHE dans une mangeoire » !

Aux trois super qualificatifs éminents qui désignent Jésus comme le SAUVEUR, le CHRIST et le SEIGNEUR, viennent se juxtaposer, en un raccourci audacieux et inimaginable, ces trois dérisoires désignations de Jésus comme « BEBE, LANGE, dans une MANGEOIRE d’animaux ».
Le sauveur du monde, l’un des beaux titres donnés aussi aux empereurs romains, le Messie royal et sacerdotal d’Israël, le Seigneur Dieu puisant et souverain du Sinaï, le voilà « bébé, rouge de sang et tout ridé, gisant dans une mangeoire d’animaux, dans le coin le plus reculé réservé aux bêtes d’une humble maison palestinienne » !
« La force divine du bras de Dieu » qui libère et sauve son peuple et le monde, repose dans deux petites mains d’enfant qui gigote et crie au milieu des bêtes !
Pour combattre la violence qui se déchaîne sur le monde depuis l’aube des temps, pour nous débarrasser de la violence qui nous entoure chaque jour, entre nations, entre religions, entre cités, pour arrêter le cercle infernal des atrocités, des attentats, des tortures, de nos rancoeurs, de nos mésententes, Dieu choisit une autre voie que celle de l’affirmation de sa puissance et de sa force. Il vient et nous rend visite en enfant. Le salut du monde ne se fera jamais par la violence, la force, ou le pouvoir. Le salut du monde ne viendra que si nous demeurons des enfants comme Jésus fut et demeure un enfant.

N’oublions pas que Jésus adulte le redira à plusieurs reprises :
« Je te loue, Père, d’avoir caché les mystères du Royaume aux sages et aux intelligents et de les avoir révélé aux « tout petits ». Lc 10,21 (Nepios) Ce terme de « tout petit », dont le sens veut dire « celui qui ne parle pas encore, celui qui est sans voix », s’oppose aux puissants, aux intelligents, aux élites. C’est à ces « tout petits » que Jésus confie le Royaume !

Plus tard, Jésus marche vers Jérusalem et sur un ton ferme, il demande à ses disciples de « laisser venir » à lui les enfants ( Paidion). Et il précise : « Le royaume de Dieu appartient à ceux qui sont comme eux » Lc 18,15-16
Luc a réussi à utiliser toute la panoplie des termes grecs qui désignent l’enfant pour caractériser Jésus et ses disciples : Brephos : le nouveau-né ; nêpios : l’enfant qui ne parle pas encore ; paidion : l’enfant qui commence à jouer. L’enfant devient tout le contraire de la violence : il est celui qui commence son existence dans la fragilité, celui qui la continue dans la dépendance et la confiance en ses parents, celui qui vit ses premières années dans le jeu, le rêve et l’émerveillement ! L’enfant Jésus, en cette nuit de Noël, devient la promesse de Dieu d’une autre société, d’une autre civilisation, d’un autre monde. Il devient l’indice, le signe qu’à la puissance Dieu demande la reconnaissance de nos fragilités, qu’à l’exploitation des personnes Dieu demande le respect des exploités, l’écoute des sans voix, qu’à la violence Dieu expose les mains nues d’un enfant.

Siméon, le vieux prophète, l’a bien compris quand il affirme que ses yeux « ont vu le salut du monde, la lumière des peuples et la gloire d’Israël » Lc 2, 30. Or ce qu’il a vu, c’est un enfant tenu dans ses bras ! Le salut, la lumière et la gloire de Dieu sont dans les yeux de cet enfant, pleurant et souriant !
Pierre l’a bien compris quand, à la Pentecôte, il évoque la vie de Jésus et lui donne ce titre d’ « enfant de Dieu » Ac 3,26

Clément d’Alexandrie l’a bien compris quand il rappelle que les chrétiens portent les noms d’ « Enfants » ou « petits enfants », c’est pas pour faire enfantin, mais c’est pour rappeler notre vocation à l’esprit d’enfance, faite de douceur, de confiance et de rêve, à l’image de Jésus, « Lui, le Fils de Dieu, le tout-petit du Père », andidote à une société écrasante, méprisante des petits et des pauvres ! (Pédagogue 1,5,24)
L’Eglise ancienne l’a bien compris quand, à plusieurs reprises, elle représente, dans ses textes, un Jésus-Christ ENFANT ressuscité apparaissant à ses disciples, comme en témoigne ce texte tiré des Actes de Paul : « Tandis que Paul priait dans sa prison, un enfant entra, extraordinairement beau et plein de grâce ; lorsque l’enfant sourit, les chaînes de Paul se détachèrent et l’enfant se retira aussitôt » Ac Paul 9,19
Et nous, avons-nous bien compris, qu’à l’image de l’enfant Jésus nous sommes et nous devons demeurer des « Nouveaux-nés », « des tout petits », des « enfants » ? ? ?
Puisse l’enfant de la crèche, puissent ces enfants dans le chœur nous le rappeler à tout jamais !
Contemplons cette chose incroyable :
« Celui qui a donné forme à toutes choses, reçoit la forme d’un nouveau-né ;
Celui que le ciel ne peut contenir, Marie le porte dans ses bras ;
Celui qui règne dans les cieux, repose en une mangeoire ;
Celui qui libère de tout mal, est lié par des langes ;
La gloire de Dieu, c’est l’enfance du Christ !" comme l’écrit Léon le Grand !

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr

avril 2018 :

Rien pour ce mois

mars 2018 | mai 2018