Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/Homelie-du-2-juillet-2017-le-bapteme-comme-mort-au-peche-et-vie-pour-Dieu
      Homélie du 2 juillet 2017 : le baptême comme « mort au péché et vie pour Dieu » (...)

Homélie du 2 juillet 2017 : le baptême comme « mort au péché et vie pour Dieu » !

Sur les quelques milliers de baptêmes que j’ai déjà célébrés, je ne me souviens pas d’avoir entendu un jour un parent répondre à la question : « Mais au fond, pour vous, c’est quoi le baptême ? », répondre ce que saint Paul dit aujourd’hui sur le baptême dans ce grand texte de Romains chapitre 6 :
« Le baptême c’est notre participation à la mort et à la résurrection du Christ » !


Alors à l’occasion du baptême de Maxence, jeune lycéen, Ca vaut le coup d’y réfléchir.
Mais cet oubli du sens profond du baptême peut s’expliquer par notre façon de célébrer les baptêmes qui empêche de lire et de déchiffrer cette réalité.
Le geste du baptême consistait aux origines à plonger trois fois jusqu’à en prendre le souffle le baptisé entièrement dans de l’eau vive après qu’il eût proclamé sa foi en Dieu Père, Fils et Esprit. Oui, Il était immergé dans l’eau jusqu’à en perdre le souffle, comme s’il mourrait avec le Christ pour reprendre souffle dans l’Esprit ! Et pour bien signifier ce symbolisme de la plongée dans la mort et résurrection du Christ, savez-vous que la 1ère église connue des archéologues à Doura-Europos en Syrie dans les années 200 possédait une cuve baptismale en forme de SARCOPHAGE ! Et saint Ambroise de Milan avait construit, lui aussi en 380, un immense baptistère sur le modèle du MAUSOLEE d’un empereur ! Et il explique ainsi le rituel du baptême qui était donné aux adultes :
« On t’a demandé : « Crois-tu en Dieu le Père ? » Tu as répondu : « Je crois ». Et tu as été plongé, c’est à dire ENSEVELI. Une 2ème fois, on t’a demandé : « Crois-tu en notre Seigneur et en sa croix ? » Tu as répondu : « Je crois ». Et tu as été plongé, et par là tu as été ENSEVELI avec le Christ. Car celui qui est enseveli avec le Christ, ressuscite avec le Christ. On t’a demandé une 3ème fois : « Crois-tu aussi en l’Esprit Saint ? ». Tu as répondu : « Je crois ». Et tu as été plongé une 3ème fois afin que la triple confession détruisit ton passé de péché. Le vieil homme que tu étais, NOYE dans l’eau, a été crucifié au péché, mais il est ressuscité pour Dieu. » Des Sacrements Livre II,7,20
C’est trop clair : la triple confession de foi liée à la triple immersion complète dans l’eau exprime notre adhésion de participer à la mort et à la résurrection du Christ.
Le mot « baptême » veut d’abord dire « plongée », « engloutissement », « noyade » ! ! !
La triple immersion du baptême c’était, physiquement et corporellement, faire l’expérience de l’ensevelissement des 3 jours du Christ dans le tombeau ! ! !
La sortie de l’eau c’était, physiquement et corporellement, faire l’expérience de reprendre son souffle, de revivre et de ressusciter comme le Christ ! ! !
Nous comprenons alors beaucoup mieux le texte de St Paul qui dit :
« Par le baptême en sa mort, nous avons donc été ensevelis AVEC le Christ, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous menions nous aussi une vie nouvelle. Et puisque nous sommes devenus un même être AVEC lui par une mort semblable à la sienne, nous serons aussi unis à sa résurrection. »
Pour le dire en une formule forte,
Par notre plongée dans l’eau, notre baptême c’est la mort à la mort et c’est la mort au péché, comme la mort de Jésus est la mort de la mort et la mort du péché ! ! !
Par notre remontée de l’eau, notre baptême c’est vivre de la vie de la résurrection et c’est être libérés du péché comme le Christ est ressuscité et libre de tout péché ! ! !
Quelle insignifiance alors deviennent les quelques gouttes d’eau de nos baptêmes ?
Quelle distance de signification deviennent parfois nos baptêmes de « protection » et de « tradition » ?
D’où l’appel fort de St Paul : « N’ignorez pas ce que vous proclamez et ce que devenez par votre baptême : vous participez symboliquement mais réellement à la mort et à la résurrection du Christ ! »
Etre baptisé c’est assumer la mort du Christ comme la nôtre : c’est prendre acte que nous aurons dans notre vie à passer par bien des morts qui nous feront du mal : morts à nous-mêmes, à nos désirs de puissance, de pouvoir, d’orgueil. C’est accepter, comme le Christ qui « s’est vidé et qui a pris la forme d’esclave » Ph 2,7, de mourir de servir, d’aimer et de pardonner. C’est faire mourir en nous, comme dit St Paul, « le vieil homme » empêtré dans le péché qui est de nous enfermer sur nous-mêmes, de nous entraîner vers l’isolement, la fermeture, la mort relationnelle, le non-accueil de l’autre, de tout autre.
St Paul utilise une belle image agricole pour dire ce que nous devenons par notre baptême :
« Par le baptême nous sommes implantés en Christ par une mort semblable à la sienne en vue d’une résurrection semblable à la sienne » ! Rm 6,5
Cette image (*) suggère une greffe que l’on a implantée dans un tronc et qui pousse désormais avec lui : une double greffe, une greffe sur le Christ crucifié et une greffe sur le Christ ressuscité ! Dans le baptême, nous devenons un même être avec le Christ
Etre baptisé, c’est donc comme le Christ mourir au péché mais aussi déjà vivre de la vie et de la résurrection du Christ, « marcher en nouveauté de vie ». Par le baptême, il y a en nous des forces de vie et de résurrection qui nous surpassent, qui nous surprennent même ! Toute démarche de réconciliation, d’effort pour renouer des relations brisées est victoire sur la mort ! Toute initiative pour briser les solitudes, mettre en relation les personnes en difficulté et en souffrance, est signe de vie et de résurrection. Tous nos petits gestes d’accueil, d’hospitalité, comme « donner un simple verre d’eau à l’un de ces petits » sont signes de vie et de résurrection.

Merci, Maxence, par ton baptême de nous rappeler notre identité de chrétiens :

Nous sommes des greffés du Christ pour mourir au péché et vivre en nouveauté de vie !

En savoir plus

(*) le verset 5 se traduit littéralement :
« Si nous avons été IMPLANTES (si nous sommes devenus une même PLANTE) par la similitude de sa mort, nous le serons aussi par celle de sa résurrection » en grec c’est le mot « sumphutos » = même plante
Les traductions officielles donnent :
« Si c’est un même être avec le Christ que nous sommes devenus par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection pareille » !

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie