Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/Homelie-du-19-aout-2018-fixons-nos-regards-vers-Jesus-Pain-de-Vie-Sagesse-de
      Homélie du 19 août : fixons nos regards vers Jésus, Pain de Vie : Sagesse de (...)

Homélie du 19 août : fixons nos regards vers Jésus, Pain de Vie : Sagesse de Dieu et Corps Crucifié !

Il y a 15 jours, Stéphane avait tout-à-fait raison quand il disait que ce texte de Jean chapitre 6, malgré les apparences, n’était pas le texte fondateur de l’Eucharistie, du récit de la Cène


Nous ne sommes pas à Jérusalem au cénacle mais en Galilée sur une montagne ; le texte de Jean ne rapportent pas les formules liturgiques traditionnelles : « Ceci est mon corps ; ceci est mon sang : faites cela en mémoire de moi » rapportées par Mc, Mt, Lc et Paul. Ce qui est important pour Jean, ce vers quoi il veut nous acheminer, ce n’est pas la cène et l’eucharistie ; mais c’est d’approfondir notre FOI en Jésus.

Comme il nous le dit lui-même, « Tous les signes qui sont dans cet Evangile, y compris celui de la multiplication des pains, ont été écrits pour que nous CROYIONS que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu » Jn 20,30-31. C’est un Evangile au service de la foi, pour nous dire comment il faut croire, en qui il faut croire, comment faut-il mieux croire !

Mais bien sûr, Jean, l’Evangile le plus récent écrit vers la fin du 1er siècle, ne peut pas ne pas connaître les autres Evangiles et les traditions liturgiques pratiquées dans les différentes communautés chrétiennes.
Alors il va s’emparer de ces traditions eucharistiques pour les détourner dans un sens christologique, pour nous les faire parler du Christ et de son identité profonde.
« Je suis le Pain de vie » ! Cette parole n’est pas une comparaison. Jésus ne dit pas : « Je suis comme le pain ». Mais il dit : « Le pain, la vie c’est MOI. »
« C’est MOI qui suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais soif, et celui qui met sa FOI en moi n’aura jamais soif »

La thématique du pain utilisée au repas de la cène est mise ici au service de la foi en Jésus. Il est le Pain de vie, c’est-à-dire, que Jésus est la PAROLE de Dieu, la SAGESSE de Dieu, l’ESPRIT de Dieu. Il est la SAGESSE de Dieu qui a bâti sa maison sur 7 colonnes (Pro 9,1-6). Jésus est la Sagesse qui garantit l’ordre du monde et la stabilité du monde. Alors oui, il nous faut manger sa parole, adhérer à ses enseignements et croire en lui.
A nous de croire que c’est Jésus qui donne le sens et la finalité du monde, qui apaise toute faim et étanche toute soif, telle l’eau vive promise à la Samaritaine : « Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; au contraire l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source jaillissant en vie éternelle » Jn 4, 14
Cette 1ère interprétation christologique du pain de vie rejoint certainement ce qu’a été le dernier repas de Jésus de façon historique : « un repas avec le rite du pain seul, accompagné d’une coupe d’eau », tradition qui s’est maintenue dans les Eglises attachées à leurs racines juives comme les Ebionites où il n’y avait pas de coupe de vin à l’eucharistie et dans la façon de dénommer l’eucharistie « la fraction du pain » sans mention du vin.

En communiant au Pain de vie et en buvant à la coupe d’eau, donnés par Jésus, c’était reconnaître et croire que Jésus était la Parole de Dieu, la Sagesse de Dieu, l’Esprit de Dieu qui donne la vie éternelle.

Nos références, nos points de repères, notre art de vivre, sont-ils réellement puisés à la Sagesse de Jésus, Sagesse de Dieu ?

Mais l’auteur de l’Evangile de Jean va utiliser et détourner une autre pratique eucharistique pour la mettre, de nouveau, au service de la foi.
Jean sait bien que la pratique eucharistique a évolué dans les différentes communautés chrétiennes. Quand l’Eglise s’adressera aux Grecs et aux Romains, il sera possible de participer à une eucharistie avec du pain et du VIN et boire du vin devenu SANG du Christ, ce qui est strictement interdit en régime juif.

Alors Jean d’affirmer :
« Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi je le ressusciterai au dernier jour » Jn 6, 54 « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi je demeure en lui » Jn 6,56

Ce n’est encore une fois pas le récit fondateur de l’eucharistie mais une façon de parler qui renvoie à la vie et à la mort violentes de Jésus, qui renvoie à la CROIX.
C’est clair, il ne s’agit plus ici de « manger la Parole de Dieu et d’y croire ». D’ailleurs l’auteur change de mot pour « manger » : d’un côté s’agissant de la Parole de Dieu, de la Sagesse de Dieu il emploie le verbe normal de « manger », mais ici pour la chair du Christ il emploie un mot rude, réaliste et provoquant : « mâcher, mastiquer, croquer ».

Le Pain de vie est devenu la chair et le sang du Christ. Jésus est le Pain du ciel, non pas comme un simple être humain, mais comme un humain qui meurt sur la croix. Le Pain de vie est Sagesse Crucifiée ! Il n’est plus question ici d’une adhésion purement intellectuelle à Jésus, comme dans la 1ère interprétation, mais d’une action : il s’agit de s’approprier toute la vie donnée et risquée de Jésus jusqu’en sa passion, mort et résurrection. Il s’agit d’assimiler patiemment, longuement, sa manière d’être jusqu’en sa vie donnée comme le Bon Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis. La foi ne se réduit plus à des mots ou à une communion amoureuse avec Jésus mais devient un engagement de tout notre corps, chair et sang, à la suite de Jésus et cet engagement peut être douloureux et crucifiant. « Dans sa chair, dit St Paul, à la croix, Jésus a détruit le mur de la séparation : la haine… il a établi la paix par le sang de sa croix » Ep 2,13-14 et Col 1,20-22

Mastiquer la chair du Christ et boire son sang, c’est donc faire nôtre son humanité, sa manière particulière d’être homme, sa manière crucifiante d’établir la paix et de détruire les murs !
Manger, faire nôtres, le corps et le sang du Christ signifie adopter, reproduire en nous l’amour de Jésus qui l’amène à donner sa vie, à se dessaisir de sa vie pour le monde. En agissant ainsi, nous demeurons en Jésus et « lui demeure en nous » !

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr