Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/Homelie-de-Paques-2016
      Homélie de Pâques 2016

Homélie de Pâques 2016

Marie de Magdala : la Prophète, la Visionnaire, la Disciple, l’Apôtre !

Avant de commencer la lecture de l’Evangile de Jean, je vais vous demander de vous asseoir pour constater une anomalie surprenante et pour moi agaçante que même un Evêque n’avait jamais remarquée !!!

Il y a quelques années, j’étais au repas des prêtres le jeudi saint avec un Evêque à côté de moi. Et dans la conversation j’ose lui demander : « Père, savez-vous quel est le récit d’apparition de Jésus qu’on ne lit jamais à la messe le dimanche ? » Il y a pourtant 21 dimanches de Pâques et 3 veillées pascales sur l’ensemble des 3 années de cycle liturgique. Tous les récits de résurrection et d’apparition dans les 4 Evangiles y passent et certains sont même répétés plusieurs fois car il faut couvrir 21 dimanches. Quel est ce texte de résurrection qui n’est jamais lu ? Un chrétien qui viendrait à la messe tous les dimanches de sa vie n’entendrait jamais ce texte. Quel est-il ?

Silence de Mgr ! Quand je lui ai donné la réponse, il ne m’a pas cru ! Alors je vais vérifier avec vous ! Voici le nouveau lectionnaire des dimanches. Quelqu’un peut-il venir me dire quel dimanche on lit le texte de Jean 20, 10-18 ! Il suffit de prendre la table des matières et des livres !


Autrement dit la liturgie fait l’impasse totale sur le récit d’apparition de Jésus à Marie de Magdala !

Alors lisons-le pour une fois ! C’est pourtant, le seul récit développé d’une apparition de Jésus à une personne en privé et qui plus est à une FEMME.

C’est d’ailleurs dans toute la logique et comme le point culminant de cet Evangile selon St Jean qui donne une place prépondérante et privilégiée aux femmes comme Evangélisatrice avec la Samaritaine (Jn 4,29) ou comme Confesseur de la foi avec Marthe (Jn 11,27) ou comme Aurore de l’Eglise avec Marie, la mère de Jésus (Jn 19,26) et comme DISCIPLE et APOTRE avec Marie de Magdala !

Et en plus au niveau historique, il est reconnu que, par-delà toutes les réinterprétations ultérieures de la résurrection de Jésus en récits catéchétiques ou apologétiques, il y a, à la source et au fondement de la profession de foi en la résurrection de Jésus, trois expériences personnelles, fortes et prégnantes qui s’expriment toutes trois sur le même modèle concis et bref avec le même verbe : celui de la vision :

C’est l’expérience de Pierre : « Jésus a été vu par Pierre » Lc 24,34 et 1 Cor 15,5
C’est l’expérience de Marie de Magdagla : « J’ai vu le Seigneur » Jn 20,18 et Evangile de Marie p.10 ligne 10 « J’ai eu une vision de l’Enseigneur »
C’est l’expérience de Paul : « N’ai-je pas vu moi aussi Jésus notre Seigneur » ! 1 Cor 9,1 et 15,8

Pierre, Marie de Magdala, Paul ont « vu » Jésus Vivant. Cela n’a rien à voir avec le tombeau vide ou le poisson à manger ! Il s’agit d’une rencontre et d’une expérience personnelle, forte et vivifiante qui leur fait dire que Jésus est vivant, sorti de la mort, que « Dieu était avec lui », qu’il est pour toujours « avec lui » et « avec nous » !

Oserai-je aussi dire avec des exégètes que c’est même Marie de Magdada qui a eu le privilège de la première rencontre personnelle avec Jésus Vivant comme l’atteste ce texte de Marc : « Ressuscité le matin du premier jour de la semaine, Jésus a été vu en premier par Marie de Magdala » Mc 16,9

De cette rencontre fondatrice, L’Evangile de Jean va en faire un récit tout à l’honneur et à la gloire de cette femme qui arrive au couronnement de son Evangile : il va en faire une femme Disciple bien-aimée, une femme visionnaire et prophète, une femme Apôtre, mieux une femme « Apôtre des Apôtres » !
Regardez combien cette rencontre au JARDIN de la résurrection est racontée comme une rencontre et un dialogue d’amour entre Jésus et Marie de Magdala. Etre disciple dans Jean, c’est être en relation d’amour, de tendresse, d’amitié avec Jésus comme le disciple bien-aimé !

Voici que Jésus l’appelle par son nom : Myriam ! Et Marie de Magdala s’écrie « Rabbouni ! », ses yeux décillés par ses oreilles ! C’est un petit dialogue en hébreu dans l’intimité de leur langue maternelle.

Ce bref dialogue, face à face, résume à lui seul tous les mots que deux amoureux échangent avec une qualité particulière du ton et une réciprocité d’amour la plus épurée ! Marie de Magdala est devenue la DISCIPLE BIEN-AIMEE de l’Evangile à l’image de la bien-aimée du Cantique des Cantiques.

Allant plus loin encore, Jean va en faire aussi une prophète visionnaire. Calquant son récit sur la vision du prophète du début du livre de l’Apocalypse qui dit :
« Me retournant…je vis comme un fils d’homme…il me dit : ne crains pas : je suis le premier et le dernier ; j’étais mort et je suis vivant pour les siècles des siècles » Ap 1,10-19 Marie de Magdala devient ici elle-aussi une prophète qui interprète, dans une vision, le départ de Jésus, sa mort et sa nouvelle vie comme un passage vers son Père et son Dieu, notre Père et notre Dieu ! Marie de Magdala est devenue la PROPHETE VISIONNAIRE à l’image de la prophète Myriam, sœur de Moïse !

Mais ce n’est pas tout ! En lui disant : « Pour toi, va vers mes frères » et en terminant le récit par « Marie de Magdala vint donc évangéliser les disciples », Jean fait de Marie de Magdala l’Apôtre des Apôtres. Elle remplit toutes les conditions, et tous les critères de l’Apostolicité données par Paul : elle a vu le Seigneur ressuscité ( 1 Cor 9,1) ; elle annonce l’Evangile de Jésus (1 Cor 1,17) ; son message fonde une nouvelle communauté égalitaire de frères et de sœurs en Jésus (1 Cor 9,1). Marie de Magdala n’est pas envoyée aux Apôtres ou aux Douze mais aux frères et sœurs de Jésus ! « Pour cet Evangile, le témoignage fondateur de l’Eglise est le témoignage d’une femme et non d’un homme. Plus encore, le « ministère apostolique » a d’abord été le fait d’une femme » ! Jean Zumstein. Marie de Magdala est bien devenue « l’APOTRE des APOTRES » selon la formule célèbre d’Hyppolyte, évêque de Rome au 3ème siècle.
Vous comprenez maintenant pourquoi l’Eglise ne tient pas trop à ce que ce texte soit lu à la messe le dimanche !!! Il a des implications trop fortes pour fonder l’autorité des femmes à exercer des ministères dans l’Eglise. Marie de Magdala est une disciple donnée en modèle ; elle est une prophète accréditée pour interpréter l’enseignement de Jésus ; elle est une meilleure Apôtre que Pierre !
Pour en dévaloriser le rôle à tout jamais, les textes plus tardifs vont l’assimiler à la prostituée, à la pécheresse et à la pleureuse de Luc 7 !

Heureusement, un texte a survécu à cette censure liturgique, et à cet écrasement et à cette dépréciation de Marie de Magdala : c’est la séquence « à la victime pascale » qui date du 11ème siècle où elle demeure la prophète visionnaire et l’apôtre :

« Dis-nous, Marie-Madeleine, qu’as-tu vu en chemin ? »
« J’ai vu le sépulcre du Christ vivant, j’ai vu la gloire du Ressuscité.
« Le Christ, mon espérance, est ressuscité ! Il vous précède en Galilée. »

En savoir plus

Voici les lectures du « Lectionnaire Dominical » de tous les récits de résurrection et d’apparition sur les 3 années A B C !

Mt, 28, 1-10 Veillée pascale A
Mt 28, 16-20 Ascension A et trinité B

Manquent les versets 28,11-15 sur les Juifs

Mc 16,1-8 Veillée pascale B
Mc 16,16-20 Ascension B

Manquent les versets 16, 9-14 qui sont une édition rajoutée

Lc 24,1-12 Veillée pascale C
Lc 24,13-35 Dimanche de Pâques A et 3ème Dimanche Pâques A
Lc 24, 35-48 3ème Dimanche Pâques B
Lc 24, 46-53 Ascension C

Tout LUC EST LU !

Jn 20, 1-9 Dimanche de la résurrection A.B.C.

Manque 20, 10-18 : L’apparition à Marie de Magdala !

Jn 20, 19-31 2ème dimanche de Pâques A.B.C.
Jn 20, 19-23 Pentecôte A
Jn 21, 1-19 3ème dimanche de Pâques C
Jn 21, 15-19 St Pierre et St Paul

Alors que le récit de l’apparition à Thomas est répété 3 fois, c’est l’IMPASSE TOTALE sur l’apparition de Jésus à Marie de Magdala !!!

Autres dimanches de Pâques :
Année A = Jn, 10,1-10 ; 14,1-12 ; 14,15-21 ; 17,1-11 !
Année B = Jn 10,11-18 ; 15,1-8 ; 15,9-17 ; 17,11-19 !
Année C = Jn 10,27-30 ; 13,31-35 ; 14,23-29 ; 17,20-26 !

Pourquoi en 21 dimanches de Pâques et 3 veillées pascales, seul ce récit d’apparition de Jésus à Marie de Magdala ne soit jamais lu en Eglise le dimanche ???? ( Il est lu le mardi de Pâques quand aucun chrétien ne vient à la messe !)

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr