Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/31-mars-2019-Jesus-le-Fils-prodigue
      31 mars 2019 : Jésus, le Fils prodigue

31 mars 2019 : Jésus, le Fils prodigue

Voilà, depuis ce matin, nous échangeons sur notre appel à la sainteté à travers des textes bibliques : devenir images de Dieu qui crée, devenir des pèlerins comme Abraham, devenir des prophètes comme Samuel, devenir des serviteurs comme Paul, devenir des saints de nos paroisses qui ont chacun vécut une parole d’Evangile de façon personnelle et originale.


Je redis cette phrase du pape François dans son exhortation sur la sainteté :
« Chaque saint, chaque chrétien est une mission : Il est un projet du Père pour refléter et incarner, à un moment déterminé de l’histoire, un aspect de l’Evangile, une page de l’Evangile ».
Devenons des saints à l’écoute de cette page d’Evangile de St Luc, de l’enfant prodigue.
Mais écoutons-la avec une oreille neuve, une interprétation un peu provocante, sans trop vite nous mettre à la place du fils prodigue mais en contemplant la figure de Jésus !!! « Et si c’était Jésus qui était le Fils Prodigue »  ? N’oublions pas que c’est Jésus qui raconte cette parabole parce qu’il est accusé de faire bon accueil aux pécheurs et de manger avec eux !!! Jésus n’aurait-il pas voulu qu’on le voie se profiler derrière l’enfant prodigue ?

Le fils s’éloigne de son Père de qui il a tout reçu, s’abaissant au plus bas du dépouillement, avant de revenir et d’être élevé par son Père et restauré dans sa dignité royale, pour un festin « eucharistique ».
Origine divine, abaissement total, passage de la mort à la vie : « Mon Fils qui était mort est revenu à la vie » !

« Un Père avait deux fils. Le plus jeune dit à son Père : « Père, Donne-moi ma part d’héritage ». Et le Père leur partagea ses moyens de vivre. Et le plus jeune partit ! Et il dissipa son bien dans une vie de désordre, mangeant avec des prostituées »

Le fils s’éloigne de son Père de qui il a tout reçu et il s’en va. Il s’enfonce, il s’incarne, il s’embourbe dans la mêlée humaine, l’humanité pécheresse. Dès son entrée en action, Jésus s’est mis en la compagnie des publicains et des pécheurs, en descendant dans les mêmes eaux qu’eux dans le Jourdain. Et il a continué à descendre chez les publicains comme Zachée et à manger chez les pécheurs. Jésus a eu le courage de s’engager sur ce chemin-là, celui de la fraternité humaine jusqu’en ses abîmes. Il a donné la main aux pécheurs, il a mangé avec eux, il s’est laissé approcher par les prostituées, il meurt en esclave sur une croix, violant ainsi toutes les lois de sainteté de son peuple. Il deviendra le cadet le plus déshumanisé qu’il soit, mis au rang des sans loi ni loi. Il sera pendu au carrefour de tous les chemins de perdition, de mort, identifié aux pécheurs. Aussi St Paul osera dire : « Dieu l’a fait péché pour nous, afin qu’en lui nous devenions justes » 2 Cor 5,21

Jusqu’où va notre fraternité, notre solidarité, notre incarnation à nous chrétiens ?

« Comme il était encore loin, son père l’aperçut, fut touché de miséricorde et courut se jeter à son cou, il l’embrassa longuement. Le Père dit : « Vite, apportez la plus belle robe, mettez-lui un anneau au doigt, des sandales aux pieds, mangeons et festoyons car mon Fils que voici était mort et il est revenu à la vie ».

Le Fils se jette dans les bras de son Père, comme le Christ sur la croix s’en remet à lui : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit ». Et c’est L’Evangile de Pâques qui germe dans le cri de fête du Père. Il est remarquable en effet qu’il invite au festin en annonçant : « Mon fils était mort, il est revenu à la vie ! ». C’est le cri pascal ! Impossible de ne pas penser que Luc, en évoquant cette fête, ne pense pas à la résurrection de Jésus, le prodigue de Dieu, berger des brebis perdues, mort d’être allé les chercher dans leurs abîmes. Et comme toujours dans Luc, la résurrection se vit dans des repas comme à l’auberge d’Emmaüs !

L’Eucharistie n’est-elle pas le rendez-vous de tous les perdus retrouvés, de tous les pécheurs pardonnés, de tous les exclus réintégrés ?

Oui Jésus a bien évoqué sa propre histoire, sa propre mission, notre propre mission en racontant cette parabole !!!

Vivons cette page d’Evangile comme un appel particulier à la sainteté !
Vivons-la, avec les caractéristiques que recommande le Pape dans son exhortation, c’est-à dire, « avec endurance et patience, douceur et joie, audace et ferveur » en communauté et en prière constante » !

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr

avril 2019 :

Rien pour ce mois

mars 2019 | mai 2019