Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/30-09-Il-a-bien-fait-toutes-choses
      30/09 « Il a bien fait toutes choses »

30/09 « Il a bien fait toutes choses »

Après la transgression des rites énoncée par le Jésus de Marc dimanche dernier, qui supprime tous les murs de séparation entre le sacré et le profane, le pur et l’impur, Jésus peut s’affranchir de toutes les frontières territoriales : c’est la transgression par Jésus de toutes les frontières. Par 7 fois dans cet Evangile de Marc, dans un court espace de temps des chapitres 4 à 8, Jésus va faire sept traversées entre la rive occidentale et la rive orientale du lac de Galilée : (1)


Avec notre texte, nous en sommes à la cinquième traversée ! Après son discours sur le pur et l’impur, Jésus s’est rendu à Tyr et à Sidon (le Liban actuel), puis ayant traversé le lac de Galilée il se rend « en plein milieu du territoire de la Décapole » (la Syrie actuelle). Et c’est là en terre païenne et impure que Jésus va réaliser son 10ème et dernier miracle de cette première grande partie de l’Evangile de Marc !!! Et pour ce dernier miracle, le plus étonnant c’est que ce sont ces païens de la Décapole qui vont reprendre à leur compte 2 phrases importantes de la tradition juive, l’une tirée de la Genèse et l’autre tirée du prophète Isaïe et les généraliser à tous les actes de salut que Jésus vient de réaliser : « Ils étaient extraordinairement frappés disant : il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets » !
Pour ces païens c’est bien Jésus qui accomplit les promesses de salut contenues dans les livres prophétiques et qui vient mener à son terme la création initiée par Dieu !

Restons sur ce petit bout de phrase qui en dit long sur Jésus et sur ce que nous avons-nous aussi à faire : « il a bien fait toutes choses ».

Voilà une toute petite phrase de l’Evangile de Marc qui pose sur Jésus un sacré diagnostic. Elle porte sur lui une EVALUATION de son travail, de son ministère.
Nous pourrions nous souhaiter les uns aux autres que soit portée par le Christ sur chacun de nous, tout au long de cette nouvelle année pastorale comme au soir de notre vie, cette même évaluation de notre travail, de notre vie, de notre mission comme prêtre, prophète et serviteur :
« Il a bien fait toutes choses » ! 3 mots seulement en grec qui sont en réalité un écho de la parole de Dieu qui termine le récit de la création des 6 jours en Genèse 1,31
« Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici c’était très bien, très beau ».
Mêmes mots, même évaluation, même cri d’admiration !

En Jésus, précise Marc, se réalise un vrai et beau travail de restauration de l’humanité, telle que Dieu l’a voulu dès la genèse du monde.

  • comme les mains de Dieu ont façonné l’humanité,
  • comme le souffle de Dieu a donné vie et esprit à l’homme et à la femme,
  • comme les doigts de Dieu ont créé les cieux (Ps 8,4),
  • comme la Parole de Dieu a faire naître l’univers, ainsi Jésus « prends à part le sourd muet, met les doigts dans les oreilles du sourd, touche la langue du muet de ses doigts mouillés de salive, lève les yeux, soupire et dit : EFFATA ! OUVRE-TOI »

Comme en la création initiale en 7 jours, Jésus pose 7 actions pour restaurer cet homme dans son intégrité physique et spirituelle.

Les doigts, les mains, les yeux, les oreilles, la langue, la parole en araméen, tout le CORPS de Jésus est engagé dans ce travail de restauration de l’humanité abîmée, symbolisée par cet homme anonyme.

Et le travail de Jésus est « bien fait » ! « TOUT est bien fait » ! C’est, rappelons-le, le dixième récit de guérison de Jésus dans l’Evangile de Marc : un possédé, une femme pleine de fièvre, un lépreux, un paralysé, une main desséchée, un 2ème possédé, une femme qui a des pertes de sang, une fille morte, une fille possédée, et enfin ce sourd au parler difficile !
Oui, Jésus c’est Dieu qui façonne une nouvelle humanité d’où sont excluent la mort, les ténèbres, toutes les maladies, toutes les ségrégations, toutes les possessions démoniaques qui blessent et défigurent les hommes et les femmes, pour laisser éclater la vie, la lumière, la liberté, la parole !

Retenons ces 3 mots, en cette rentrée pastorale 2015, « Il a bien fait toutes choses » : qu’ils éclairent tout ce que nous avons à faire, à dire, à créer tout au long de ces mois.

Et les domaines ne manquent pas où nous avons du beau travail à faire comme le Christ ! Nous venons d’entendre Saint Jacques qui ne mâche pas ses mots pour rappeler aux chrétiens que, dans la foi en Jésus-Christ, tout homme est un frère, et à ce titre, digne d’un égal respect, quelle que soit sa situation sociale, son pays d’origine. « Frères, vous croyez en Jésus-Christ. Alors, ne faites pas de différence entre les gens. » Mot à mot : « ne les jugez pas sur leurs visages » !

L’année pastorale recommence. La Paroisse de la Trinité doit continuer à temps et à contre temps à relever le défi du béguinage de la fraternité qui accueillera au rez-de-chaussée la famille Lingurar et au 1er étage une famille Irakienne, Sakarya, réfugiée politique d’Irak, de Karaqosh, expulsée de leur village par l’Etat islamique ; arrivée en France il y a 8 jours.

Fonçons aussi dans les activités que d’aucuns appellent l’ADN de la paroisse : les parcours Alpha, les messes des familles, les groupes de prière et d’adoration !
L’Eglise locale nous lance aussi le défi de l’invention de nouvelles paroisses par le synode. Il nous faudra de l’imagination, du courage pour changer nos habitudes et penser autrement la paroisse ;

L’Eglise universelle, par le Pape François, lance aussi le défi de l’année jubilaire de la Miséricorde. « Qu’en cette Année Jubilaire l’Eglise fasse écho à la Parole de Dieu qui résonne, forte et convaincante, comme une parole et un geste de pardon, de soutien, d’aide, d’amour. Qu’elle ne se lasse jamais d’offrir la miséricorde et soit toujours patiente pour encourager et pardonner ».

Que cette parole de l’Evangile de ce jour puisse se poser aussi sur chacun d’entre nous à la fin de l’année, à la fin de notre vie : « Il ou elle a bien fait toutes choses »

En savoir plus

(1) Le mot « barque » intervient 13 fois dans les chapitres 4 à 8
1° 4,35 : « Passons sur l’autre rive » : Jésus arrive à Gérasa (païen)
2° 5,21 « Jésus regagna en barque l’autre rive » en Israël
3° 6,45 : « Jésus obligea ses disciples à remonter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive » vers Bethsaïde (païen)
4° 6,52 : « « Après la traversée, ils touchèrent terre à Génnésareth » Israël
5° 7,31 « Ils traversèrent la mer vers la Décapole » (Païen)
6° 8,10 : « il monta dans la barque et se rendit à Dalmanoutha » (Israël)
7° 8,13 « il remonta dans la barque et partit pour l’autre rive » (païen)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr