Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/28-octobre-2016-Sois-reconcilie-avec-moi
      28 octobre 2016 : « Sois réconcilié avec moi ! »

28 octobre 2016 : « Sois réconcilié avec moi ! »

Qui veut apprendre à Prier, qui veut savoir quoi demander dans sa prière, et comment prier c’est évident qu’il doit relire l’Evangile de St Luc ! L’Evangéliste de la PRIERE !


Et il n’est pas anodin que dans cette longue section du chemin de Jésus à Jérusalem, aux multiples paraboles, Luc termine cette section sur deux paraboles sur la prière : La parabole du juge et de la veuve et la parabole du pharisien et du publicain : sont donnés en exemple de prière UNE FEMME et un HOMME !

Mais regarder aussi l’audace de Luc : donner en exemple de prière une VEUVE et un PUBLICAIN ! Il aurait pu trouver plus nobles et plus dignes représentants de la prière chrétienne ! C’est de la subversion évangélique que de donner en exemple de prière deux catégories de personnes, qui, à l’époque de Jésus, étaient considérées comme de peu de valeur ou comptant pour rien. La veuve n’a aucune place dans la société de l’époque et le publicain est un impur et un pécheur !

Eh bien non, la prière qui plaît à Jésus c’est d’abord celle de cette veuve qui transgresse les règles de la société. Au lieu de rester dans l’humilité, la discrétion le silence, la déférence, l’abaissement, elle ordonne au juge de lui rendre justice, elle l’importune, elle fait le siège de son tribunal et elle lui casse la tête ! La prière est un combat où l’on peut jeter à Dieu toutes nos colères, toutes nos insatisfactions, nos révoltes et nos rancoeurs, où nous pouvons casser la tête à Dieu !

Maintenant, regardons la prière du PUBLICAIN en contraste avec la prière du Pharisien !

La prière du pharisien est une « ACTION DE GRACE », « une EUCHARISTIE » !
Nous avons déjà vu, avec le samaritain lépreux, que la prière de louange, d’action de grâce, de reconnaissance, d’eucharistie est le sommet, l’aboutissement de toute la prière d’Israël. Ne l’oublions pas : la prière la plus accomplie est celle du pharisien : « Oh Mon Dieu, je te rends grâce », « Je te fais EUCHARISTIE » ! Là n’est donc pas la différence qui fait que la prière de l’un est acceptée et de l’autre refusée.

Ce n’est pas non plus que le pharisien « se tienne DEBOUT » et que le publicain « se tienne à distance, se frappant la poitrine ». Il n’y a aucune ostentation dans l’attitude du pharisien : bien au contraire : prier DEBOUT c’est l’une des formes normales et dignes de la prière.
La prière des « 18 bénédictions », dans le judaïsme, est appelée « Amidah » : c’est-à-dire « prière à prononcer DEBOUT ». Et chez les chrétiens, la prière « debout » est la prière des Ressuscités ! C’est debout et les mains tendues vers le ciel que les premières fresques chrétiennes ont représenté ceux qui prient dans les catacombes : « les Orants » ! La prière la plus accomplie des juifs comme des chrétiens c’est la prière DEBOUT, comme des vivants devant Dieu, « les yeux levés vers le ciel » comme prie Jésus (Mc 6,41 ; 7,34 ; Jn,17,1) !

Dans notre prière, nous devons tendre vers la prière du pharisien qui est la prière de l’Action de grâce et la prière des vivants, « les mains tendues et les yeux levés vers le ciel » ! Notre prière ne peut pas qu’être la prière de l’abaissement et la prière des écrasés, des humiliés et des soumis !

La seule différence qui fera que la prière de l’un sera « entendue » de Dieu et « justifiée par Dieu » et l’autre pas, c’est que le premier SE MET A LA PLACE DE DIEU, dans sa prière, pour juger son frère et que le 2ème accepte simplement de se mettre SOUS LA MISERICORDE DE DIEU, sans jugement pour personne.
Que dit-il de plus, le premier, que ne dit pas le publicain ?
« Je ne suis pas comme les autres hommes,
je ne suis pas comme ce publicain » !
Ce « COMME » est lourd de conséquence ! C’est le péché des origines ! Devenir « COMME » des dieux ! Ce pharisien a pris la place de Dieu : il se met à la place de Dieu pour rendre la justice et déclarer tous les autres « coupables » ou « infidèles à Dieu » !

Et ça, c’est inacceptable aux yeux du Jésus de St Luc ! Ce regard méprisant et condamnant porté sur les autres ne peut pas être agréé par Dieu !
Cette auto-satisfaction aussi d’avoir tout fait pour Dieu et de le lui dire, ça n’intéresse pas Dieu non plus.

Ce qui plaît à Dieu, c’est cette simple petite prière qui tient en un verbe :
« Oh mon Dieu, sois-moi favorable, moi qui suis pécheur » !
Il ne chante pas « Kyrié Eléison », « Seigneur, prends pitié » comme les dix lépreux Luc 17,13 : ce n’est pas de la compassion ou de la commisération qu’il demande. Il demande simplement que Dieu, dans sa grâce et son amour, « lui soit favorable, lui soit clément », que Dieu le « réconcilie » avec lui, le rétablisse dans une relation de bienveillance avec Dieu malgré son péché.
Ce publicain n’a rien à faire valoir à Dieu. Il n’espère qu’en la miséricorde de Dieu !

Et Alors notre prière à la manière du publicain ? Tout en tendant vers la prière d’eucharistie du pharisien notre prière doit se couler dans la prière de réconciliation du publicain, qui consiste à demander à entrer dans la bienveillance et la miséricorde de Dieu.
« Oh mon Dieu, sois-moi favorable, moi qui suis pécheur » !
« Oui, que ma prière, Seigneur, comme le publicain, me rende mendiant de ta miséricorde !

Que ma prière, Seigneur, comme la veuve, me rende combattif sans avoir peur de casser la tête à Dieu »

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie