Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/28-aout-Incroyable-invitation
      28 août Incroyable invitation

28 août Incroyable invitation

Je vous l’ai déjà dit : l’une des spécificités de l’Evangile de Luc c’est de montrer Jésus en train de « Manger et boire » : cette expression, qui revient 15 fois dans Luc, en est même devenue une définition de sa mission : « Je suis venu, dit Jésus, MANGER et BOIRE et vous dites : voilà un glouton et un ivrogne » Lc 7,34 ! Luc a le culot de dire que Jésus est venu pour cela : manger et boire !!! Comparez avec cette mission, oh combien plus noble dans St Jean : « Je suis venu pour que les hommes aient la vie » Jn 10,10 ! Eh bien non, dans Luc, Jésus vient pour la convivialité, les festins, les banquets et les repas ! MAIS pour tout bouleverser des conventions sociales qui s’y vivaient.


Aujourd’hui, c’est la 3ème fois que Jésus est invité chez un pharisien à manger et à boire, couché et allongé à la manière grecque sur le côté gauche, la main droite restant libre pour saisir les mets. Cette fois-ci il est invité chez un « des chefs des pharisiens », une personnalité éminente du parti, un notable influent de la synagogue ou du sanhédrin. Jésus n’est pas chez n’importe qui !

Ce chef des pharisiens a pourtant pris un sacré risque en invitant Jésus à manger et à boire car, à chaque fois qu’un simple pharisien l’avait invité, cette invitation a tourné au vinaigre, la conversation s’était échauffée, et l’hôte s’était vu secoué et contesté par des paroles tranchantes de Jésus.

Un premier, Simon le pharisien doit subir à la fois l’irruption d’une femme pécheresse dans sa maison et une leçon d’accueil et de pardon de la part de Jésus (7,36-50).

Un deuxième l’invite et voilà que Jésus se dispense des ablutions rituelles et se met à l’invectiver de reproches d’une extrême vigueur (11,37-52). Il faut s’attendre à ce que ça va chauffer dur avec cette troisième invitation chez ce notable de pharisien.

Jésus commence par un geste de provocation. Le pharisien a invité Jésus le jour du sabbat au repas rituel qui suit l’office. Le repas est ritualisé, solennel et copieux. La loi interdit bien sûr d’opérer une guérison ce jour-là : ça peut attendre le lendemain.

Et bien non, Jésus va guérir un hydropique dans la maison du chef de pharisien le jour du sabbat au cours du repas rituel ! On imagine déjà la stupeur et l’incompréhension du chef de pharisien ! La vie et le salut valent plus que le sabbat ! Oui la vie et le salut des malades, de ceux qui sont en situation de danger valent mieux que toutes les lois religieuses et tous les cultes !

Mais Jésus ne va s’arrêter là ! Il a déjà transgressé la loi la plus religieuse du Judaïsme : le Sabbat. Il va oser s’attaquer aux conventions les plus établies et les plus assurées. Et pour bien mesurer ce bouleversement que Jésus demande, il faut connaître un peu le contexte des invitations à manger de l’époque. Le sujet est explosif. Partager le repas avec quelqu’un est une preuve de respect, de confiance et d’amitié. On ne mange pas avec n’importe qui, chacun mange avec les siens. Les païens avec les païens, les Juifs avec les Juifs, les hommes avec les hommes, les femmes avec les femmes, les riches avec les riches, les pauvres avec les pauvres. On ne mange pas avec n’importe qui, ni n’importe comment ! Et encore moins lorsque l’on veut observer comme les pharisiens la sainteté particulière d’Israël. A Qumran, on excluait des assemblées et des repas « toute personne affectée d’impureté dans sa chair, boiteux, aveugle, sourd, muet » Q Règle de la communauté II,5-22.

Chez les pharisiens, les invités se lavaient d’abord les mains, les impurs étaient exclus et l’on s’assurait que la dîme avait été versée pour chaque aliment que l’on servait.
Ici Jésus va de nouveau créer un esclandre par ses paroles en disant à son hôte riche et influent qui vient d’inviter des gens bien pour son repas rituel : « Toi, quand tu donnes un dîner, n’invite ni tes amis, ni tes frères, ni tes riches voisins…mais invite les pauvres, les infirmes, les boiteux et les aveugles » !!!

Pour ce pharisien, Jésus a perdu la tête : c’est un imposteur ! En invitant tous ces éclopés, ces impurs, ces zonards, ces SDF à entrer dans sa maison, c’est faire entrer l’impureté, c’est bafouer toutes les règles de la bienséance, c’est piétiner tout le protocole de la société civile et religieuse. Et le plus fort c’est que ce que Jésus dit il le fait. Il partage, lui le Saint de Dieu, la tables des pécheurs, des prostituées, des publicains et des pauvres au point que les pharisiens vont murmuraient contre lui en disant : « Cet homme-là fait bon accueil aux pécheurs et mange avec eux » Lc 15,2 C’est de l’impossible, de l’incroyable, du scandale manifeste ! Le scandale, ce n’est pas encore tant de le voir en compagnie de pécheurs et de gens peu fréquentables, mais c’est la façon dont il partage la table avec eux. Ces repas avec les pécheurs et les impurs sont un des traits les plus surprenants, les plus provocateurs et les plus subversifs de Jésus, celui peut-être qui le différencie le plus de ses contemporains et de tous ceux qui ont été considérés comme « des hommes de Dieu » !

Mais c’est ce Dieu-là que Jésus est venu annoncer et incarner : un Dieu ami des pécheurs, des pauvres et de tous les exclus de la société et des religions. Le plaisir de Dieu est que les pauvres, les laissés-pour-compte, les indésirables et les pécheurs puissent se réjouir auprès de lui. Jésus fait le plaisir de Dieu.

Réjouissons-nous d’être les invités de Dieu : « Heureux les invités au repas du Seigneur ! » mais attention, c’est à nous aussi que Jésus dit : « « Toi, quand tu donnes un dîner, n’invite ni tes amis, ni tes frères, ni tes riches voisins…mais invite les pauvres, les infirmes, les boiteux et les aveugles ».

Notre table eucharistique comme notre table familiale doit toujours être ouverte aux plus pauvres, aux plus démunis, aux plus dérangeants, aux plus handicapés. Il existait autrefois « l’assiette du pauvre » « la place du pauvre » à table au cas où…Je suis témoin de bien des gens qui accueillent à leur table des démunis, des SDF, des sans-papiers et sans recours : c’est le plaisir de Dieu ! c’est le plaisir de Jésus !!!

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr