Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/22-03-Comme-un-grain-de-ble
      22/03 Comme un grain de blé

22/03 Comme un grain de blé

Nous voilà pratiquement à la fin du carême : au 5ème dimanche de carême : c’est, pour l’Eglise, celui du CCFD : Comité Catholique Contre la faim et pour le Développement et pour notre Paroisse le lancement du béguinage de la fraternité !

Alors relions ces 2 événements à la lumière de l’Evangile de ce jour.


Nous sommes à la fin du ministère de Jésus : tous les signes ont été accomplis mais Jésus est menacé de mort et il se retire quelques jours à Ephraïm Jn 11,54, la Taybeh moderne, aujourd’hui le seul village entièrement chrétien de la Palestine, avant de retourner une dernière fois à Jérusalem où il sait qu’il va mourir.

C’est alors que des grecs s’adressent à Philippe pour lui demander de « voir Jésus » ! Philippe le dit à André et tous deux le disent à Jésus. C’est alors que la réponse de Jésus aux deux apôtres et aux grecs va être surprenante.

Au lieu de se réjouir de savoir que des grecs veulent le voir et, qui sait, devenir ses disciples, il leur répond par une parabole sur le grain de blé.
« Amen, amen je vous le dis : Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » 12,24
Exploitons jusqu’au bout cette petite parabole, préfiguration de la mort et de la résurrection de Jésus et de la nôtre. Imaginons que nous sommes ce grain de blé !
Soit il reste seul soit il accepte de mourir !

Le grain de blé peut vivre sa petite vie paisible de grain de blé dans un grenier. Il est bien au chaud, entouré de ceux qui l’aiment, de sa famille, de ses amis, de sa communauté, dans son église. Il ne manque de rien. Il ne cherche pas à changer sa petite vie tranquille, son petit bonheur paisible de grain de blé dans un grenier. Pourquoi changer ? Transposons : une bonne santé, une belle vie de famille, un emploi en CDI, une petite vie assez calme, confortable, une petite vie pépère même si elle n’est pas exempte de soucis quotidiens.
Mais est-ce bien à cette vie que je suis appelé en tant que baptisé, plongé dans la mort et la résurrection de Jésus ? Suis-je appelé à un petit bonheur tranquille bien à l’abri comme un grain de blé dans un grenier ?
Ou alors, je deviens un grain de blé tombé en terre, qui meurt et qui porte beaucoup de fruits. Alors bien sûr, la vie devient plus dure et difficile au premier abord. Finie la chaleur du grenier, fini le confortable cocon du sac à blé, finie la douceur de rester entre soi et c’est l’enfouissement dans la terre froide, le laisser mourir, douloureusement, c’est la désintégration de soi pour devenir autre, pour entrer en processus de germination et de fécondité extraordinaires.

C’est un temps d’abandon, de déchirure, de mort et de vie.

Transposons en ce dimanche du CCFD qui nous demande de nous interroger sur ce que nous faisons pour le respect de la création quand foi et écologie se rencontrent. Comment acceptons-nous de CHANGER de modes de vie pour sauvegarder la planète pour les générations futures ? Il est plus facile de rester dans le cocon de nos habitudes que de changer nos modes de vie.
Devant les menaces de la dégradation de l’environnement, de l’appauvrissement des ressources naturelles, des menaces climatiques, accepterons-nous de changer de modèles de développement, de passer à un développement durable, alternatif, équitable, écologique ? Regardons nos habitudes, notre attachement à un certain confort, comment allons-nous lâcher prise, mourir à bien des conforts, changer, apprendre à vivre autrement, plus sobrement, plus fraternellement ?

Je suis allé voir cette semaine une personne en rééducation dans une clinique. Elle était effarée par le gaspillage des repas. Tout ce qui était sorti de la cuisine partait à la poubelle même les fruits qui avaient été posés sur la table et les morceaux de beurre Président même pas ouverts ! Comment passer comme disait le Pape François d’une société du « déchet » à une société du partage et du respect de la création ?

Nous n’y arriverons qu’en acceptant de mourir à nous-mêmes, à nos propres intérêts, à nos égoïsmes, à nos attachements excessifs à nos conforts, à nos habitudes et à nos avantages.
Mais qu’arrive-t-il à ceux qui meurent à leurs intérêts, à leur petite vie pépère, à leur petit confort ? « Si le grain de blé meurt, il porte beaucoup de fruits » !

La mort de Jésus n’est plus pour St Jean un anéantissement sans retour mais revêt un sens positif, productif et créateur. Elle devient le lieu du rassemblement d’une nouvelle communauté : « Moi quand je serai élevé de terre, j’attirerai tous les êtres humains à moi » 12,32 . Elle devient le lieu de l’unité des enfants de Dieu : « Il fallait que le Christ meure, dit St Jean, pour réunir dans l’unité les enfants de Dieu qui sont dispersés » 11,52
En retournant par sa mort auprès de Dieu, Jésus ouvre cette voie à tous les êtres humains, juifs comme grecs : c’est le salut universel offert à tous les hommes !
La mort de Jésus est une mort qui crée vie et avenir pour le monde entier !
Voilà le choix proposé par l’Evangile de ce jour : vivre sa petite vie tranquille de grain de blé dans son grenier ou accepter de mourir à soi pour devenir épi porteur de vie universelle !

« Il faut donc choisir entre deux voies, disait encore le pape François :
Vivre sa vie pour soi ou la vivre comme un don à donner aux autres » !

Que de dons déjà donnés aux autres par l’accompagnement de la famille Lingurar à Hem et à Haubourdin ! C’est le moment de continuer, de mourir encore plus à nous-mêmes, à nos préjugés, d’aller encore plus loin, de nous retrousser encore plus les manches : c’est le moment de lancer le béguinage de la fraternité en réhabilitant le presbytère de St Paul pour y accueillir ces familles en très grande précarité : c’est vrai que ça dérange des gens, que ça nous prend du temps, de l’énergie et de l’argent mais ça porte du fruit pour la communion de la communauté, pour la conversion de nos mentalités, pour servir la fraternité !

En savoir plus

Alors, tous, cet après-midi, à 15h30 à St Paul pour chanter ensemble, rêver ensemble, bâtir ensemble la fraternité ! « Et le grain de blé deviendra épi ! »

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie