Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/19-mai-2019-L-Adieu-createur-l-amour
      19 mai 2019 : « L’Adieu créateur : l’amour »

19 mai 2019 : « L’Adieu créateur : l’amour »

Aujourd’hui et dimanche prochain, nous lisons l’introduction et la conclusion du premier discours d’Adieu de Jésus dans l’Evangile de Jean 13,31 à 14,31 en forme de Testament.


Après le lavement des pieds et le repas, Judas sort. Jésus se retrouve seul avec ses disciples les plus fidèles et c’est le temps des adieux dans la grande tradition des discours d’adieux bibliques et grecs où il s’agit de donner sens à sa vie antérieure et à sa mort toute proche et de procéder à la désignation d’un successeur.
Ce qui domine tout ce discours c’est bien le départ de Jésus, exprimé à plusieurs reprises : « Je suis avec vous encore pour peu de temps…13,33
« Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus…14,19 « Je m’en vais…14, 28. « Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je parte…14, 28
« C’est votre avantage que moi je m’en aille…16,7
Ce départ ne peut que laisser les disciples dans le désarroi, la tristesse, la peur et la solitude : « Que votre cœur ne se trouble pas, leur dit Jésus » au tout début de ce discours 14,1 : Le trouble qui les envahit signale que leur foi en Jésus en est même ébranlée. « Que votre cœur ne se trouble pas, ni ne s’effraie » répète-t-il à la fin du discours 14,27.
Alors tout l’objet de ce discours sera de faire comprendre à ses disciples que ce départ n’est ni une perte, ni un malheur, ni une catastrophe mais au contraire un « avantage » pour reprendre l’expression même de Jésus et même une « joie » !
Ce départ loin d’être une mort va ouvrir des perspectives d’avenir d’une qualité insurpassable, il va engendrer du positif, du productif, du créatif !

Après avoir précisé que sa mort n’est pas à lire comme la fin d’une histoire et d’une vie, comme un lieu d’abandon et d’anéantissement, de silence de Dieu mais tout le contraire comme une « GLORIFICATION » de Dieu et de lui-même, comme un « RETOUR » vers le Père, comme un accès à Dieu, Jésus en vient à donner sa PREMIERE DISPOSITION TESTAMENTAIRE qui va pallier à son absence désormais inéluctable.

Il y en aura une seconde de disposition testamentaire qui sera donnée dimanche prochain dans la conclusion de ce discours : encore une fois, c’est le début et la fin du discours qui donnent les clés de lecture de l’ensemble !
Je le répète, car c’est important car c’est sur cela que porte tout le discours : le départ de Jésus, pour l’auteur de l’Evangile, c’est une chance, un gain, un avantage, une joie car cette séparation, cette absence va permettre à la communauté des disciples de Jean de faire des choses extraordinaires : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que je fais ; et même il en fera de plus grandes que celles-ci parce que je vais vers le Père » 14, 12

Mais dans quels domaines ? C’est défini dans cette PREMIERE DISPOSITION TESTAMENTAIRE donnée par Jésus pour pallier son absence : « Mes petits enfants, je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; comme je vous ai aimés : que vous vous aimiez les uns les autres. » 13, 34

Jésus sera désormais présent dans sa communauté quand ses disciples vivront du même amour que lui. Ce commandement ancien de l’amour mutuel connu de toute l’antiquité est nouveau parce qu’il prend désormais sa source, son fondement, son inscription en Christ. L’auteur y insiste en disant d’abord : « Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres ». Puis il se reprend comme s’il avait oublié l’essentiel, ce qui donne sens à ce commandement nouveau : «  COMME Moi Jésus je vous ai aimés : que vous vous aimiez les uns les autres ».
Et cela est dit au moment même où Jésus pose deux actes qui signent sa vie et sa mort : le lavement des pieds et l’élévation sur la croix : c’est cela aimer « comme Jésus », « aimer jusqu’à l’extrême » 13,1. Et cela est dit aussi au moment même au Judas le trahit et au moment même où Pierre va le renier. Ce commandement de l’amour est enchâssé, encadré entre la trahison de Judas 13,21-30 et le reniement de Pierre 13,36-34 ! et en plein milieu : AIMER COMME JESUS  ! Parce que Judas le livre et que Pierre le renie, il faut continuer à marteler l’amour fraternel ! C’est pour Jésus un amour en acte : même aimer ceux qui nous trahissent et même aimer ceux qui nous renient !!! Voilà aimer COMME Jésus !

Lorsque nous aimons nos frères jusque là, c’est Jésus qui se rend réellement présent au milieu de nous ! Et dans ce domaine là, n’ayons pas peur de le dire, nous sommes même capables de faire « plus grand » que Jésus ! Que d’hommes et de femmes n’ont-ils pas aimé plus grand et plus large même que Jésus dont l’amour s’est limité à ce petit coin de terre de Palestine : son amour a été porté aux quatre coins du monde par des sœurs Emmanuelle du Caire, des sœurs Thérèsa de Calcutta, des prêtres Pédro dans les décharges de Madagascar, des prêtres Jean Vanier dans les foyers de l’arche au point que leur vie s’est identifiée, jour et nuit, de corps et de chair, des années durant, avec les pauvres, les malades, les exclus de la société.

Oui nous sommes rendus capables, par l’amour même de Jésus, de « faire, en matière d’amour, des œuvres plus grandes que les siennes » et de le rendre encore plus présent qu’il ne l’était en présence de ses disciples !

Essayons de mériter la confiance et l’amour que Jésus ressuscité met en chacun de nous et réclame de nous en nous appelant « ses AMIS », « ses BIEN-AIMES », « ses PETITS ENFANTS » : chacun de ces termes exprimant dans cet Evangile ce que nous avons à vivre pour pallier l’absence de Jésus d’une présence encore plus forte : l’amitié, l’amour, l’affection, « jusqu’à l’extrême de l’amour » !

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr

juin 2019 :

Rien pour ce mois

mai 2019 | juillet 2019