Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/18-01-Les-relais-de-la-FOI
      18/01 Les relais de la FOI

18/01 Les relais de la FOI

Pour le rassemblement des enfants du KT hier et pour la journée mondiale du Migrant et du Réfugié, nous voilà invités à méditer l’appel des disciples dans l’Évangile de Jean qui est très original et n’a rien à voir avec l’appel des disciples dans les autres Évangiles.

Pour prendre une image sportive, cet appel des disciples ressemble fort au relais de la flamme olympique ou à la course de relais du 4 fois 100m !


Ce n’est pas Jésus qui appelle dans cet Evangile mais c’est une cascade de témoins qui se passent le relais de la foi !

C’est d’abord JEAN-BAPTISTE qui lance la course. Il ne vient pas pour demander la conversion ou appeler au jugement de Dieu comme dans les autres Evangiles, il vient pour témoigner que Jésus est « l’Agneau de Dieu » et « l’intime de Dieu » !
C’est lui qui lance la course à qui donnera la plus belle et la plus juste définition de Jésus ! Ce Jésus qu’il fait voir, qu’il désigne du doigt, il est celui qui donne la liberté par le don de sa vie ! Qui dit mieux ?

C’est alors ANDRE qui prend le relais et va d’abord toucher son frère Simon : « Nous avons trouvé le MESSIE, Le CHRIST » ! La foi c’est une recherche et des trouvailles !
La 1ère fois que Jésus ouvre la bouche dans cet Evangile c’est pour poser une question : « Que cherchez-vous ? Que cherches-tu André ? » La première question qui convient de poser à un enfant qui vient au KT c’est : que cherches-tu ? Qu’as-tu dans ton cœur ? Quel est ton désir ? Quelles sont tes questions ? La première question qui convient de poser à celui que je rencontre comme étranger, migrant ou réfugié, c’est : Que cherches-tu ? Qu’as-tu dans le cœur ? Quel est ton désir ? Quels ont tes rêves profonds ?

En sachant que le Jésus de l’Evangile de Jean transformera cette première question par une dernière question au moment de sa passion et de sa résurrection. Et cette dernière question sera répétée 3 fois ! « Qui cherchez-vous ? » demandera Jésus deux fois à ceux qui viennent l’arrêter 18,4.8 et « Qui cherches-tu ? » 20,14 demandera enfin Jésus à Marie de Magdala dans le jardin de la résurrection. A l’enfant du KT comme à l’étranger, au migrant et au réfugié, Jésus demande de pousser plus loin la question de nos recherches : es-tu à la recherche, non seulement de biens et d’objets indispensables à la vie comme la liberté, le travail, ou son bien-être mais aussi : es-tu à la recherche de relations profondes avec des personnes ? Cherches-tu à rencontrer l’autre, à entrer en relation d’affection, d’amitié et de communion avec lui ? Cherches-tu à demeurer auprès de Jésus ton ami ?

Et voilà maintenant André qui passe le relais de la foi à PHILIPPE qui le passe à NATHANAEL ! Philippe c’est un nom bien grec « L’ami des chevaux » comme André d’ailleurs « le vaillant ». C’est le grec de service ! Quand des grecs voudront voir Jésus à Jérusalem dans cet Evangile de Jean, ils s’adresseront à Philippe : « Philippe, nous voudrions voir Jésus et Philippe alla le dire à André et tous deux ils le dirent à Jésus » ! 12,21-22. La course de relais ou du passage de la flamme de la foi continue ! Philippe et André sont les relais de la foi avec le monde grec : ils sont d’ailleurs tous les deux originaires de la ville de Béthsaida de Galilée, aux confins des terres païennes !

Regardez comment se constitue ainsi une chaîne de témoins qui préfigure l’Eglise à venir, l’Eglise sans frontières, Mère de tous ! Venus des horizons les plus divers, des cercles baptistes comme Jean-Baptiste, de Capharnaüm comme Simon, du monde grec comme Philippe, du monde bien juif comme Nathanaël de Cana, cette chaîne de témoins qui s’attirent l’un l’autre forment une communauté diversifiée sans frontière, une Eglise sans frontière !

Et Philippe va apporter aussi, après Jean-baptiste, après André, son petit bout de trouvaille sur Jésus à Nathanaël, celui qui passe sa vie à étudier la Torah, toutes les Ecritures juives, « sous le figuier ». Il n’y a pas plus juif que lui. Il porte le nom de Dieu : « Dieu est don » ! C’est un véritable israélite. Jésus le qualifie de membre fidèle et authentique du peuple de Dieu. . Il cherche et il scrute dans les Ecritures l’annonce de la venue du Messie. Le figuier est le lieu traditionnel où se tient celui qui lit et étudie la Torah. Nathanaël a fait de la Torah juive le centre de son existence ! Alors il va rire quand Philippe va lui dit : « Moi j’ai trouvé le Messie, celui dont parlent toutes les Ecritures : c’est Jésus, le fils de Joseph, celui de Nazareth ! »Il y a vraiment de quoi rire et ironiser pour Nathanaël ! « Il ne peut rien sortir de bon de Nazareth ! » Pour Nathanaël, le Messie ne peut sortir d’une ville aussi insignifiante, obscure et méconnue que Nazareth, jamais citée une seule fois dans tout l’ancien Testament, dans l’historien Flavius Josèphe, ni même dans les sources juives et païennes ! Ce contraste entre le Messie glorieux attendu et l’origine obscure de Jésus exprime quelque chose du scandale de l’incarnation de Jésus. Quel scandale de dire que « La Parole de Dieu » « le LOGOS de Dieu » que tout israélite sait qu’elle va venir habiter JERUSALEM, habite en réalité à Nazareth ! Nazareth et la Galilée ne sont pas dignes d’être la patrie du Messie 7,52 et 6,42 !

( « L’affirmation conjointe de la paternité de Joseph et de l’identification de Jésus à la ville de Nazareth semble indiquer que Jean ne connaît pas la tradition de la conception virginale de Jésus par l’Esprit et de sa naissance à Bethléem » p.89 du livre de Jean Zumstein : l’Evangile de Jean Labor et Fides 2014 !)

Seule la rencontre personnelle et amicale avec Jésus va amener Nathanaël à avancer lui aussi sur le chemin de la foi et à confesser : « Rabbi, tu es le Fils de Dieu, le roi d’Israël » : je reconnais en toi l’attente de tout le peuple d’Israël ! »

Pour St Jean, nous ne naissons à la foi en Jésus, nous ne sommes engendrés à la foi en Jésus que par des témoins qui se transmettent le flambeau de la foi, que par des témoins qui cherchent et balbutient des trouvailles de la foi, que par des témoins qui donnent à voir, à goûter, à savourer Jésus comme liberté, Jésus comme l’homme de Nazareth, Jésus comme le Fils de Dieu !

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr