Paroisse de la Trinité Roubaix-Hem
http://trinite-roubaix.fr/08-02-Les-mains-de-Jesus
      08/02 Les mains de Jésus

08/02 Les mains de Jésus

« Vivants …et fragiles » voilà le thème de ce dimanche de la santé avec un Évangile des plus adaptés où Jésus guérit la belle-mère de Pierre, dans le silence, la force et le toucher : « Il s’approche, il la relève en la prenant par la main ».


Les Evangiles sont pleins de ces miracles qui présentent un Jésus guérisseur, thérapeute, exorciste. Nous comptons 15 guérisons de corps malade, 4 exorcismes de corps possédé, 3 résurrections de corps mort ! Avouons quand même que les miracles n’apparaissent pas dans les tout premiers souvenirs des chrétiens et que Paul n’en mentionne aucun !!! Il est clair que tous ces miracles furent intégrés pour construire une « vie de Jésus », des Evangiles, qui puissent montrer, démontrer que c’est bien Jésus qui est le « Sauveur de l’humanité », « le Fils de Dieu », qu’en lui seul réside la présence de Dieu et non en tous ces hommes célèbres divinisés, empereurs et autres, en vogue au 1er siècle dont on a fait aussi de magnifiques biographies avec miracles spectaculaires !

Ces miracles vont devenir aussi l’occasion d’une catéchèse symbolique sur la mission de Jésus dans le monde et sur la mission de l’Eglise dans le monde. Il y a une réelle nouveauté dans le rapport de Jésus aux maladies toutes considérées à l’époque comme des châtiments sévères de Dieu.

Jésus touche l’intouchable : il touche les lépreux, il touche le cercueil, il touche les morts ! Il s’attaque aux maladies les plus sévères et les plus dures : la folie, l’épilepsie, les possessions ! Il guérit tous les jours, les jours profanes comme les jours sacrés ! Il ne lie jamais les maladies aux péchés ou à un châtiment de Dieu ! Il guérit aussi bien les juifs que les romains ou les cananéens ! Il guérit non dans des sanctuaires spécialisés mais dans le quotidien de ses marches et la guérison est offerte à tous ceux qui ne peuvent se la payer ! En tout temps, en tout lieu, par tout moyen, ses guérisons sont une protestation contre tout ce qui défigure, diminue et anéantit l’existence humaine. Ses guérisons signalent le passage d’une existence compromise, aliénée, amoindrie à une plénitude de vie telle que Dieu la veut. Et le signe de cette plénitude c’est la restauration de la relation avec Dieu, la réintégration de tous les exclus dans la communauté humaine et religieuse, la lutte à mort contre toutes les forces du mal pour faire advenir le Royaume de Dieu, Royaume de lumière, de liberté, de fraternité.

Telle est la mission de Jésus, thérapeute, guérisseur, exorciste ainsi déployée dans tous ces récits de guérison de corps malades, de corps possédés, de corps morts ! Et je voudrais encore insister, en cette journée de la santé, sur une particularité de la majorité des guérisons de Jésus. Il aurait pu bien tout guérir par sa seule parole, par la toute puissance de sa seule parole. Mais non, les guérisons de Jésus passeront aussi par son corps, par son TOUCHER des malades, des possédés et des morts. Tel est le visage de Jésus dont nous sommes les disciples. Notre Dieu est un Dieu qui a pris corps pour soigner avec son corps tous les corps souffrants. Le toucher de Jésus ne peut pas être considéré comme un sens secondaire, méprisé ou suspect. Il est ce par quoi l’homme est sauvé, béni, réconforté, aimé ! Ce n’est que par le corps à corps, le peau à peau, qu’une relation s’installe dans la réciprocité, la proximité, l’intimité.

Alors, à l’exemple de Jésus, n’ayons pas peur de risquer les gestes du TOUCHER qui sont au nombre de quatre dans les Evangiles.

1° le TOUCHER de guérison, de création et de recréation.

Ce sont les mains de Jésus qui guérissent. « Jésus s’approche, il la relève en la prenant par la main » comme Jésus prend par la main la fille morte de Jaïre. Par dix fois, Jésus « touche » des lépreux, des aveugles, des muets, des possédés, des morts, sans peur d’être contaminé, rendu impur, sans peur de transgresser toutes les règles de pureté. Son premier souci est de rejoindre le malade là où il se trouve en exclusion sociale, en exclusion du monde des vivants et de lui redonner la vie !

Nos mains sont-elles des mains de guérison, de création et de recréation à l’image de celles de Jésus ?

2° le TOUCHER de bénédiction.

Ce sont les mains de Jésus qui bénissent. Les mains de Jésus qui bénissent le pain à la Cène, qui bénissent ses disciples à l’Ascension Lc 24,50, qui bénissent les enfants. Cette bénédiction en posant les mains sur la tête des enfants comme nous voyons les pères bénir leurs enfants dans l’Ancien Testament appelle sur eux la présence, les bienfaits et la protection de Dieu.

Nos mains sont-elles des mains de bénédiction, de bienfait, de bien-être à l’image de celles de Jésus ?

3° le TOUCHER de réconfort et de compassion.

Ce sont les mains de Jésus qui réconfortent. Dans le récit de la transfiguration de Matthieu, les trois disciples, Pierre, Jacques et Jean, en entendant une voix sortir de la nuée « tombèrent la face contre terre et ils étaient violemment effrayés » et le texte d’ajouter : « Jésus s’approcha et, les ayant touchés, il leur dit : « laissez-vous éveiller et ne soyez pas effrayés ». Comme pour la belle-mère de Pierre, Jésus s’approche, touche les épaules, rassure, réconforte en un geste de compassion et de miséricorde.

Nos mains sont-elles des mains de réconfort, de compassion, de miséricorde à l’image de celles de Jésus ?

4° Enfin, il y a chez Jésus un TOUCHER que j’oserai appeler de caresse et d’amitié.

Ces mains de Jésus qui caressent et câlinent ! Jésus s’est laissé déjà touché et caressé les pieds à deux reprises par une femme en Lc 7,36-50 et Jn 12,1-8. Et maintenant c’est lui qui « se lève de table, dépose son manteau et commence à laver les pieds des disciples et à les essuyer » ! Par delà toutes les symboliques d’hospitalité, d’humilité et de service, ce toucher particulier et détonnant a des connotations certaines d’affection, d’amitié et de tendresse pour ceux que Jésus appelle dans cet Evangile « Ses amis » ! Cet amour, Jésus a su le dire et le donner à voir de façon tangible, de corps à corps, de peau à peau !

Nos mains sont-elles des mains qui caressent et câlinent, qui expriment de façon tangible tout l’amour de Jésus pour ses amis ?

En savoir plus

15 Guérisons différentes dans les Evangiles :
un lépreux Mc 1
le fils d’un officier Lc 7
la Belle-mère de Pierre Mc 1
un paralytique Mc 2
2 aveugles Mt 9
une main paralysée Mc 3
un aveugle muet Mc 3
une femme courbée Lc 13
un sourd Mc 7
un aveugle Mc 8
un épileptique Mc 9
10 lépreux Lc 17
nn aveugle-né Jn 9
un serviteur du G.P. Lc 22
un hydropique Lc 14

4 Exorcismes
un démoniaque à Capharnaüm Mc 1, 21-28
Un démoniaque en décapole Mc 5,1-20 ;
un démoniaque muet Mt 9,32-34 ;
une possédée à Tyr Mc 7,24-33

3 Résurrections :
un jeune homme à Naïn Lc7 ;
une jeune fille Mc 5 ;
Lazare Jn 11

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Lille

KTO

Eglise de France

Nouvelles du Vatican

homelie
Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Bonnenouvelle.fr